Y a-t-il un mouvement pour sauver la Tekno ? – Edito du 22-04-13

Aujourd’hui il y a 2 raisons d’être de mauvaise humeur. Premièrement c’est lundi. Et deuxièmement encore un coup de matraque dans la gueule de la teuf le week end du 20 avril.Une grosse teuf dans le Gard s’est faite saisir. Près de 500 véhicules verbalisés et surtout la fin de l’article mentionne :

« Le couple [d’organisateurs] devra s’acquitter d’une caution de 1 800 €. […] Ils ont d’ores et déjà interdiction de gérer une association et sont privés de toute participation à une manifestation musicale. Dans le petit milieu des raves, il se pourrait bien que cette affaire fasse « jurisprudence”. »

Avec des mesures pareilles difficile de ne pas croire à une volonté de clairement vouloir éradiquer les free parties. A 10 jours de la date anniversaire des 20 ans du 1er teknival en France ce genre de nouvelle a quoi mettre en rogne plusieurs générations de teufeurs. Pourtant le mouvement Tekno n’est pas parti pour changer. Le traitement des teufs par les pouvoirs publics a beau devenir de plus en plus sévère, dès qu’il faut se mobiliser pour autre chose qu’une teuf, il n’y a plus grand monde.

En 2002, quand 2000 personnes manifestaient contre l’amendement Mariani. C’était déjà peu. Le Sarkoval de Chambley, 2 ans plus tard, réunira 90 000 personnes. Que penser alors quand seulement 20 personnes vont soutenir les inculpés du teknival du 1er mai de 2009 et sa saisie historique simultanée à cette même date sur 4 sites différents (Ile-de-France, Est, Sud-Ouest et Sud-Est) ? Plus d’1 million d’euros de matériel de sons saisi !
Pour illustrer le constat d’un acharnement répressif sur la culture tekno, Tekno+ a lancé un appel à témoignage fin 2012. Seulement une dizaine de réponses nous sont parvenues.

Si la tekno est un mouvement, c’est celui des marées. Marée haute, c’est la teuf le samedi soir avec tout le monde. Marée basse, dès qu’il faut être ensemble pour défendre notre culture, y’a plus personne. Pire nous nous déchirons encore à propos de nos rapports avec les pouvoirs publics : faut-il en avoir ou pas ? Ces querelles qui divisent les arrangent bien.

Quand chacun comprendra-t-il enfin qu’en terme de répression,  légales ou pas les teufs sont (mal)traitées de la même façon méprisante ?

Les festivités du 1er mai 2013 approchent. Le teknival rêvé aura-t-il lieu ? Ce texte n’a pas pour but de gâcher la fête. Au contraire, il espère contribuer à ce qu’elle continue le plus longtemps possible. Les libertés ne se donnent pas. Elles se gagnent quand des gens unis se bougent pour elles. ça serait une belle définition du mot « mouvement ».

A+

Kritik

Laisser un commentaire