Manifeste : Techno+ répond aux 5 questions/critiques les plus fréquentes

Devant l’actualité et la conviction qu’une mobilisation forte de la communauté techno est nécessaire, voici quelques réponses aux réactions les plus entendues au sujet du manifeste.

1/ Qu’allez vous faire de ce manifeste ?

Ce manifeste est l’une des pièces d’un dossier de défense des free-parties que nous sommes en train de monter. Il a vocation à recueillir le plus de signatures possibles pour montrer que le ras le bol contre la répression des free parties est partagé par des milliers de personnes.
En plus de ce manifeste, le dossier contiendra un communiqué de presse des associations de réduction des risques en milieu festif qui dit que « les free parties ne posent pas plus de problèmes sanitaires que les autres événements festifs » et que la répression pose plus de problèmes qu’elle n’en règle. Nous y mettrons aussi les différents communiqués de presse qui ont été lancés ces dernières années par des associations et des collectifs de sound systems, des témoignages particulièrement marquants de sound systems victimes de repression abusive, des photos de blessés par violences policières, des textes de loi et extraits de rapports officiels, bref tous les éléments qui pourront montrer que ce ras le bol est légitime. Ce dossier sera public et pourra être consulté et utilisé par tous, notamment des organisateurs d’actions revendicatives qui voudraient pouvoir justifier leur action.

2/ Ce manifeste ne sert à rien et ne propose rien de concret

Les lignes de fractures sont telles dans le mouvement que dès qu’on sort du constat de la répression pour entrer dans les revendications, les divisions apparaissent. Le rôle de Techno+ n’étant pas de prendre parti pour une tendance mais au contraire de tenter de fédérer la scène, nous avons choisi d’abandonner l’idée d’une pétition (qui suppose des revendications) pour passer à celle d’un manifeste (le refus d’une situation). Ce manifeste propose de faire bloc et de montrer notre force numéraire !

3/ Ce qu’il faut ce sont des opérations coups de poing, pas du blabla

L’engagement de Techno+ n’est pas de cette forme mais notre militantisme n’est plus à prouver. Nous en avons d’ailleurs payé plusieurs fois les conséquences : nous avons déjà été en procès, et il se passe rarement un an sans que nous ne soyons la cible d’attaques graves, qu’elles viennent des médias, de députés, ou de commissariats. Ces deux dernières années nous avons ainsi été accusé d’organisation de free party, attaqué à l’Assemblée Nationale via des questions au gouvernement et traînés dans la boue par plusieurs journaux.
Notre association n’a pas vocation à organiser des événements mais à les soutenir et à les accompagner. Ainsi, l’objectif final de l’action (la constitution d’un dossier public) s’inscrit dans la complémentarité d’éventuelles actions coups de poing puisque ce dossier pourra être utilisé par tout organisateur pour expliquer sa démarche, montrer que le mécontentement face à la répression du mouvement techno est légitime et partagé par des milliers de personnes, y compris des associations de RDR.

4/ De toutes façons on ne peut rien changer

Ca c’est ce qu’on verra ! Le mouvement des free parties fête ses 20 ans d’existence, et n’a pas perdu son dynamisme. Évidemment seul dans son coin on ne peut rien faire mais si tous les différents acteurs du mouvement (sound systems, public, associations de RDR et tous les collectifs qui gravitent autour) se mobilisent…

5/ Signer ce manifeste c’est s’auto-ficher : les RG’s n’attendaient que cela pour leur base de données

Le fichage existe et nous sommes conscients à T+ qu’il peut être utilisé contre le mouvement. C’est pourquoi nous avons préféré garder le contrôle des quelques données personnelles demandées en ne passant pas par un service existant (comme avaaz) qui n’offre aucune garantie sur l’utilisation de ses données et en utilisant un script maison de gestion de signatures.
Rappelons cependant que grâce à facebook (qui est officiellement surveillé par une cellule du SDIG spécialisée dans les événements festifs et notamment les raves parties), les renseignements généraux n’ont sans doute pas un grand besoin de ces adresses…

Alors convaincu ?

Nous espérons que ces précisions permettront d’éclairer ceux qui se posent des questions sur ce projet. N’hésitez pas à les diffuser autour de vous.

Débattre en ligne

Pour continuer le débat rendez-vous sur le forum Bass Expression.

Laisser un commentaire