Signez l’appel fondateur du Collectif des Festivaliers

Nous sommes un collectif, composé de divers invités à des fêtes privées, déboutés de leurs droits, et de nombreux autres citoyens responsables qui viennent soutenir leurs causes.

Nous sommes un rassemblement qui a conscience de ses droits, devoirs et libertés.

Ce collectif c’est constitué le 05 septembre 2014, à la suite d’une interdiction du Funky Freaky Festival par la Préfecture de l’Yonne, par son représentant m. Le Dun Raymond…

Ce collectif se mobilise pour manifester une incompréhension qui nous impose de rompre le silence.

Notre désarroi est intense face aux décisions institutionnelles qui interdisent les événements culturels libres.

Nous sommes des parents, des artistes, des citoyens qui se sentent incompris et mis à l’écart du système qui structure notre pays alors que notre désir est d’ouvrir une culture et un art à la société.

Les événements auxquels nous assistons dans un cadre coopératif mélangent tous les arts : théâtre, danse, musique, cirque, arts de rue. Ils sont la résultante d’une volonté d’échange culturel, de partage de connaissances et de désir de vivre une expérience commune et bénévole entre plusieurs sensibilités créatives.

Aujourd’hui de nombreux événements de tous types se sont vu frappés d’annulations administratives, et nous nous retrouvons en demande face à un État qui ne veut nous octroyer cette offre citoyenne.

Pourtant la motivation existe pour rassembler public et artistes autour de projets qui leurs appartiennent et qui sont l’essence de leur expression.

Pourquoi l’État s’y oppose-t-il aussi brutalement, sans jamais mettre en place d’espace de concertation, ni ouvrir une place à l’expérimentation ?

Le principe de l’art a toujours été novateur, pourquoi le notre serait il bridé dans sa liberté d’expression?

Le manque de communication amène à l’incompréhension qui abouti à l’exclusion. Cette exclusion de fait nous empêche d’intégrer le cadre institutionnel requis pour être accepté par la norme de notre société, qui pourtant a besoin de ces espaces de créativité.

Nous proposons donc une table ronde permanente avec les représentants de l’État, au plus haut niveau institutionnel, c’est à dire les ministères concernés (culture, jeunesse, santé, justice…), pour que cette volonté de communication s’affiche, et soit enfin reconnue comme une nécessité d’ordre public.

Pourquoi l’État mobilise autant de ressources humaines et financières pour réprimer ce type d’événement (hélicoptère, gendarmes en opération de nuit et en sur-effectif..) ? On peut alors légitimement s’interroger sur le bien fondé de cette dépense publique, et sur le coût de cette décision administrative qui prive tout un secteur économique de son activité.

Où est la cohérence alors que tant d’attentes culturelles, sociales, solidaires, autogestionnaires et citoyennes attendent leur reconnaissance publique ?

Nous considérons contre-productive et autoritaire le positionnement de la préfecture de l’Yonne et de l’Etat en général.

Nous demandons une réponse claire et argumentée des représentants de l’État sur l’avenir des expressions libres organisées par et pour les citoyens.

Nous formons un mouvement avec ses normes, ses codes et ses valeurs, désireux d’échanger et de partager.

Mais comment parler d’intégration quand les autorités nous marginalisent et nous présentent comme une minorité viciée, alors que nous tentons simplement de promulguer la culture pour tous.

Nos actions sont clairement réfléchies et assumées, nous sommes l’expression de la société contemporaine…

C’est pourquoi nous appelons à une large mobilisation de tous ceux qui nous soutiennent !

Signez, diffusez et faites signer cet appel pour nous rejoindre dans notre combat !

Pour signer aller sur change.org : Sauvons la Fête Libre !

LE COLLECTIF DES FESTIVALIERS

collectiffestivaliers@gmail.com

facebook : Collectif Festivaliers – La Smala

Laisser un commentaire