31 janvier 2015 : Manif Nationale pour la Fête Libre

Les amateurs de techno ont invité la population et les élus à les rejoindre pour un temps de rencontres et de revendication le samedi 31 janvier 2015 dans 42 villes en France.

BILAN D’UNE JOURNÉE TRÈS POSITIVE !

Malgré le mauvais temps, des rassemblements ont eu lieu dans 42 villes françaises. Beaucoup de passage, des gens qui restaient sur place aussi. Ces rassemblements ont été de belles rencontres, sous la pluie souvent, la neige parfois ….et en T-shirts pour nos amis de la Réunion.

300 à Brest, 100 à Cahors, 400 à Montpellier, 50 à Montauban, 350 à Nice, 200 à Toulon, 600 à Paris, 300 à Nantes et à Rennes, 150 à Bordeaux et à 500 Lyon ….. en tout c’est plus de 10 000 personnes qui ont bravé la pluie pour rencontrer les passants, les élus et les médias.

Des dizaines de milliers de tracts distribués, la mission d’information a fonctionné à fond !

La presse a très bien joué le jeu, une centaine d’articles, surtout la presse régionale, un peu au national, quelques TV et radios avec pour une fois un avis positif sur les free parties plutôt que l’habituel article dans la rubrique « fait divers » du lundi matin.

Bravo aux collectifs qui se sont investis dans chaque ville, qui se sont pris en main pour cette action !!!

Une délégation de manifestants qui étaient devant le ministère de la Jeunesse a été reçue par le Délégué Interministériel à la Jeunesse. Freeform et Techno+ en faisait partie. Le dossier avance très très doucement et il apparait qu’il faut vaincre les résistances et surtout la force de l’habitude pour réduire une répression qui existe depuis plus de 15 ans et qui a bien fait son nid, dans la tête des uns et des autres….

On souhaite un engagement politique fort sur ce dossier.

Rendez-vous reste pris en février pour une dernière session de travail sur la question du relèvement du seuil et des autres évolutions. Nous attendons aussi la nomination des médiateurs « rassemblements festifs » issus des Directions Jeunesse dans les départements annoncée en octobre dernier.

Le message est clair : continuons la mobilisation et les actions qui feront vraiment avancer notre cause. Cette action était la première d’une longue série. NE LÂCHONS RIEN !!!

Rassemblement dans un maximum de villes !

Alors que se poursuivent les échanges entre nos représentants et les ministères de l’Intérieur et de la Jeunesse pour trouver des solutions à long terme pour le dossier des « fêtes libres », sur le terrain ou dans la loi nous sommes toujours l’objet de discriminations. Nos instruments de musique, nos enceintes, nos véhicules personnels sont saisis sans préavis et souvent illégalement. Nos soirées sont interdites au dernier moment, les participants verbalisés de par leur simple présence.

Cette répression quotidienne ne tient aucun compte du fait que nos fêtes existent depuis plus de 20 ans, qu’elles apportent de la culture et du loisir à un coût symbolique, sans distinction de race ou de niveau social et qu’elles sont organisées par nous, des amateurs, bénévoles, motivés et généreux qui prônons le partage et le respect avant le profit et le bling-bling !

Nous demandons immédiatement :

  • Le respect de la loi existante par les forces de l’ordre, les services de l’état et les maires !
  • L’arrêt de toute saisie de matériel, instruments et véhicules compris.
  • La restitution des matériels saisis ces derniers mois.

Dans le cadre d’une concertation en local et au niveau national :

  • Alignement des conditions d’organisation de nos soirées sur celles des autres mouvements musicaux. (Seuil de déclaration fixé à 1500 personnes) ou suppression pure et simple de la législation d’exception sur les free party.
  • L’arrêt des pressions sur les propriétaires qui nous prêtent des terrains.
  • Une écoute et une attitude respectueuse des municipalités et des préfectures quand nous présentons nos projets.

Les participants aux 1ères Rencontres Nationale de la Fête Libre invitent à se retrouver devant des lieux symboliques (préfectures, mairies…) partout en France, pour soutenir notre démarche ou simplement pour nous rencontrer, échanger et boire un café ensemble !

 

L’évènement sur Facebook : https://www.facebook.com/ events/738059746271114

RAPPEL DU PROJET NATIONAL et MODE d’EMPLOI

SAMEDI 31 JANVIER 2015, de 14H à 17H.

Le but de cette manifestation est de montrer l’unité du mouvement de la fête libre (Free Party) au niveau national par des revendications et des slogans communs.

Les revendications sont :

  • Augmentation du seuil de participant de nos soirées
  • Restitution du matériel saisie
  • Arrêt des saisies
  • Abrogation de la législation d’exception sur les free party
  • La mise à disposition d’endroit pour nos fêtes
  • Une écoute et une attitude respectueuse des municipalités quand nous présentons nos projets
  • Le respect du cadre légal par les forces de l’ordre –halte aux saisies abusives !

L’idée est d’être présent dans un maximum de villes en même temps quel que soit le nombre de participants et de démontrer que nous sommes organisés et unis, partout en France.

MAIS LES PRÉFECTURES SONT FERMÉES LE SAMEDI ?

Tout d’abord, les préfectures sont fermées au public, mais les services continuent à bosser 7/7, le préfet habite sur place la plupart du temps, donc c’est loin d’être un bâtiment vide. De plus, il y aura un impact important auprès des citoyens et des médias qui seront présents.

FORCEMENT DEVANT UNE PRÉFECTURE ?

Certaines pref sont loin du centre, d’autres dans des petites rues pas pratique pour une manifestation. Dans ces cas-là, nous vous conseillons de faire cela devant la mairie, ou sur une place importante de la ville. C’est l’action et l’unité qui compte, pas le bâtiment.

UNE MANIF QUI NE BOUGE PAS, COMMENT CA VA SE PASSER ?

Au menu : point presse, distribution de tracts aux passants, jonglage, un peu de musique (mais pas 5kw, juste légère sonorisation –il ne s’agit pas d’agresser les gens avec du gros son mais de pouvoir discuter avec un fond sonore ) et si vous le voulez, demande de prise de rdv avec la préfecture pour faire le point sur la fête libre et porter nos revendications. A vous de prévoir une dizaine de personnes qui se chargeront de donner les tracts, de parler au public et de faire de la médiation.

C’est pour cela qu’il faut que ces actions restent symboliques, pacifiques et revendicatives.

Il ne s’agit pas de foutre le bordel ou de faire péter du son en ville, mais de montrer notre cohésion et notre force d’organisation en se rassemblant autour des mêmes idées grâce à des banderoles, des tracts et des slogans communs. Il faut montrer que nous sommes aussi autre chose que des gens derrière ou devant des « caissons » et ne sachant et ne voulant que faire la fête.

Un tract à distribuer le jour J

 

Et Techno+ dans tout ça ?

Techno+ a participé aux actions d’Île-de-France, Nantes et Angers.

Paris : Occupation du Ministère de la Jeunesse en charge de la coordination interministériel du dossier free party

Facebook event

Nantes : Occupation de la place du Commerce

Facebook event

Angers : Occupation de la place Place Imbach

Facebook event

La presse en parle

Images et vidéos en vrac…

Laisser un commentaire