Analyses au 23 juin 2006

Comprimés de mCPP

  • Des Mitsubishi blanc, rose et vert, des Rolls Royce blancs, des  Lacostes blancs, des coeurs rose ainsi que d’autre comprimés sans logo récemment analysés contenaient du mCPP…
 

 

Comprimés de MDMA

  • Des comprmés triangulaires bleus collectés en Belgique ont été analysés avec 150mg de MDMA. Le dosage habituel des comprimés « d’ecstasy » trouvés sur le marché belge oscille aux environs 50 mg. Vu le caractère artisanal de la fabrication des pilules on estime que dans un même lot laconcentration de certaines pilules varie et peut atteindre plus de 200 mg.
    Bref prendre un tel cachet revient à prendre 3 à 4 taz d’un coup et donc à multiplier les risques d’autant !
No Image

Mélange Cocaïne/Atropine 

  • En octobre et novembre 2005, soit cinq mois après une première vague de signalement, plusieurs cas d’intoxication au mélange cocaïne atropine sont rapportés en Europe.

 

Ces informations proviennent de l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies. Il s’agit de notes d’information diffusées selon le principe de précaution quand les analyses diffèrent des résultats habituels ou que les produits consommé ont entraîné une hospitalisation.

Cela ne veut pas dire qu’habituellement les produits analysés sont sans risques mais ça ne veut pas non plus dire que ceux qui font l’objet d’une note le sont plus !

Tout produit comporte des risques, le tout est de savoir à quoi s’attendre car l’une des cause fréquente d’accidents sanitaires ou de badtrips que nous avons remarqués provient de la prise d’un produit en croyant qu’il s’agit d’un autre aux effets et aux dosages différents.

 

mCPP 

 

 
En juin 2006, dans
le cadre du "système
d’alerte précoce",
le
programme drogues de l’Institut Scientifique de Santé
Publique belge a été informé
des résultats de l’analyse d’un comprimé dans lequel
on a identifié de la mCPP. L’analyse a été
réalisée par le laboratoire de
Toxicologie de l’Institut provincial
d’Hygiène et de Bactériologie à Mons.
Le comprimé a été collecté par l’asbl
Modus Vivendi (Bruxelles). Le comprimé
avait les caractéristiques suivantes (pas de photo disponible) :

Forme : rond

Couleur : vert

Logo : Mitsubishi

Ligne
de séparation : oui

Diamètre
moyen : 8,9 mm

Epaisseur
moyenne  au milieu: 3,5 mm

Poids
moyen : 310 mg

 
En janvier 2006 de la mCPP a de nouveau été identifiée lors de deux saisies policières ; une saisie de comprimés au logo Roll Royce (photo 7) en Côte d’Or et une importante saisie de comprimés avec différents logos(photo 1 à 3) dans l’Hérault.

En 2005, 28 échantillons contenant de la mCPP ont été identifiés par le dispositif SINTES. Ces produits contiennent exclusivement de la mCPP, excepté le comprimé en forme de coeur dans lequel la mCPP était associée à de la MDMA (photo 6). Le dosage de la substance dans les échantillons n’est pas disponible.

Les comprimés Roll’s Royce (photo 7) ont été saisis et collectés en octobre 2005 dans les Bouches du Rhône Des comprimés blanc au logo Lacoste (photo 11) et rose en forme de coeur (photo 10) ont été saisis en septembre 2005 dans le Nord- Pas-de-Calais par la Douane. Le comprimé rose a également été collecté en novembre 2005 en Haute Garonne.

Le comprimé rose au logo Triskel (photo 3) a été collecté au mois de septembre en Bretagne.

Les comprimés blancs ou tachetés bleu au logo Versace (photo 8) ont été découverts aux mois d’août et
septembre 2005, lors de saisies douanières à Calais et en région parisienne puis dans des collectes en Gironde, dans les Bouches du Rhône, le Finistère et à Paris.

Les comprimés de type bariolé (photo 5) sont connus sous l’appellation "Arlequin". Ils se sont disséminés de fin 2004 à octobre 2005 dans les espaces suivants : Tarn, Pyrénées atlantiques, Lot et Garonne, Iles de France, Marne, Gironde, Nord et Morbihan.

La substance a également été observée dans des comprimés beiges (photo 4) saisis en Haute Savoie en juillet 2005 et dans des gélules (photo 6) saisies dans la Marne au mois d’avril 2005.

De nombreuses personnes ayant consommé des comprimés ont présenté des malaises physiques et psychiques. Ce constat conduit à attirer l’attention sur la potentielle dangerosité des comprimés contenant de la mCPP.

Effets observés et dangerosité de la mCPP

Les résultats de deux études sur les effets comparés de la MDMA et du mCPP sont disponibles [2, 3]. Elles ont été menées par la même équipe. La première indique des effets peu consistants du mCPP. La seconde mesure des effets stimulants et hallucinogènes similaires à ceux de la MDMA, qui n’avaient pas été observés dans l’étude précédente.
Une étude de pharmacocinétique rapporte un accroissement significatif des manifestations cliniques suivantes : anxiété, tremblements, vertiges, sensibilité accrue à la lumière et aux bruits, peur de perte de contrôle [1].
Les témoignages sur les sites d’usagers présentent la mCPP comme un produit de peu d’intérêt récréatif, source d’effets désagréables : anxiété, réactions de panique, nausées, maux de tête, et 2 jours de « gueule de bois » (Lycaeum).

les notes complètes sont sur http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/donneesnat/sintes.html

 

MDMA surdosé

Veuillez trouver ci-joint un message d’alerte sur base d’une information communiquée par les institutions sanitaires Belges.

Message Alerte Précoce du 4 novembre 2005

L’information diffusée via le réseau EWS est en premier lieu destinée à tous les professionnels du secteur sociosanitaire qui entrent en contact avec des usagers de drogues.

Cette information est destinée à être diffusée auprès de leur public d’usagers de drogues mais n’est pas destinée à une diffusion dans les média.

CIRCULATION DE PILULES D’ECSTASY FORTEMENT DOSEES

Dans le cadre du système d’alerte rapide, nous vous faisons part de la circulation et de l’analyse de pilules d’ecstasy fortement dosées en MDMA. Le comprimé analysé provenait de la province de Namur et a été collecté le 24 octobre 2005.

  • Dénomination: pas d’information
  • Forme : Triangulaire
  • Couleur : bleu-turquoise
  • Logo : Mitsubishi
  • Ligne de séparation : non
  • Longueur des côtés 10,58 mm
  • Epaisseur moyenne : 3,94 mm
  • Poids moyen : 328,6 mg.
  • Teneur en MDMA 152,8 mg
  • Teneur en MDEA 5,59 mg
  • Teneur en MDA 3,3 mg

COMMENTAIRES

Cette pilule est particulièrement volumineuse et contient une quantité importante de MDMA.

Elle contient en outre de la MDEA et MDA. Son caractère non sécable peut faire craindre que les consommateurs la prendront plus facilement en une fois qu’en morceaux.

Le risque est d’autant plus important que souvent les consommateurs d’ecstasy prennent plusieurs pilules à la fois.

· Vu le caractère artisanal de la fabrication des pilules on estime que dans un même lot laconcentration de certaines pilules varie et peut atteindre plus de 200 mg.

· Le dosage habituel des comprimés « d’ecstasy » trouvés sur le marché belge oscille aux environs 50 mg mais est très variable de 2 – 3 mg à 100 mg. Une alerte est donnée lorsque le dosage dépasse 120 mg.

· La présence de pilules fortement dosées en MDMA n’avait plus été signalée par le système d’alerte précoce belge depuis 2004.

· Vu la concentration anormalement élevée de ces pilules et les habitudes de consommation en Belgique, il existe un risque élevé de complications graves (convulsions, hyperthermie, coma) voir décès par overdose.

Si vous pouvez confirmer / infirmer ces tendances, veuillez contacter Infor-Drogues (02 / 227.52.52.) ou par e-mail à miguel.rwubusisi@eurotox.org

 

Atropine/Cocaïne

En octobre et novembre 2005, soit cinq mois après une première vague de signalement, plusieurs cas d’intoxication au mélange cocaïne atropine sont rapportés en Europe :

  • en Belgique, à Anvers et à Limbourg, le week-end du 11 novembre et les jours suivants, des cas d’intoxication avec des symptômes semblables à ceux d’une intoxication à l’atropine sont rapportés chez des consommateurs de cocaïne. Le nombre de personnes concernées n’est actuellement pas connu ;
  • en Suisse, à Genève, entre le 8 et le 13 novembre 2005, une trentaine d’usagers de cocaïne ont été admis aux urgences pour des symptômes compatibles avec une intoxication à l’atropine. Hors hôpital, une dizaine de cas de personnes victimes d’hallucinations a été signalée. Des cas ont également été observés à Bienne et à Lausanne les deux premières semaines de novembre.
  • au Pays Bas, à Amsterdam, quatre personnes, dont deux hospitalisées, ont présenté des symptômes d’intoxication identiques début novembre ;
  • au Luxembourg, un cas a été signalé par un service d’urgences début novembre ;
  • en France, à Bordeaux, un nouveau cas d’intoxication au mélange cocaïne atropine a été repéré à la fin du mois d’octobre.

Laisser un commentaire