Le CSA veut renforcer l’encadrement des programmes exposant des drogues

La télé accusée de complicité d’incitation à l’usage de drogue…

Source : AFP
Date :09/07/2008

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a recommandé mercredi aux télévisions et aux radios de renforcer l’encadrement des programmes exposant des drogues. Cette recommandation a été rendue publique peu après la présentation, par le président de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies (Mildt) Etienne Apaire, du plan gouvernemental 2008-2011 de lutte contre les drogues et toxicomanies. Ce plan vise notamment à faire régresser les consommations précoces de drogues et d’alcool et à faciliter les saisies de l’argent de la drogue.

Dans son communiqué, le CSA, "qui veille notamment à ce que les télévisions et les radios n’incitent pas à des comportements dangereux pour la santé publique (…), demande aux éditeurs de veiller à la signalisation des programmes de fiction exposant des drogues illicites". Il demande "d’encadrer les fictions et les vidéo musiques montrant des drogues illicites par un avertissement conçu avec la Mildt, et renvoyant au service téléphonique de prévention Drogues Info Service". Le CSA "rappelle l’interdiction totale de l’exposition des drogues illicites, à l’exception des programmes d’information, des documentaires et de la fiction". "Pour ces derniers, le Conseil insiste sur la nécessité de ne pas relater de manière positive ou équivoque la consommation de drogue", ajoute le CSA.

Le plan gouvernemental note de son côté que "la perception de la dangerosité des produits est loin d’être suffisante" et que "le monde audiovisuel contribue à façonner les représentations en matière de drogues, en les présentant sous un jour favorable ou comme faisant partie intégrante de l’environnement social". Le gouvernement souhaite donc "responsabiliser, avec le CSA, le monde audiovisuel vis-à-vis des dangers des drogues", indique-t-il dans ce plan. Le président de la Mildt Etienne Apaire a fait valoir lors d’une conférence de presse qu’"on ne peut pas marteler un message (de prévention) pendant la journée et entendre le contraire à la télévision le soir".

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.