Accroissement du trafic de drogues sur internet

2 priorités pour le pôle "Drogues" d’interpol : le trafic sur internet et les Caraïbes…

Date : 7/11/2007
source : http://www.menara.ma/infos/includes/detail.asp?lmodule=Technologie&article_id=13117

L’utilisation d’Internet pour le trafic de drogues est un phénomène qui a tendance à s’accroître dernièrement, a fait savoir M.Emmanuel Leclaire, sous-directeur des organisations criminelles et stupéfiants au Secrétariat Général de l’Interpol.

"Interpol a mis en place un projet pour sensibiliser les services de police contre ce genre de trafic et mettre en place des unités spéciales à cet effet", a-t-il ajouté, mercredi à Marrakech, lors d’un point de presse tenu sous le thème "les dernières tendances régionales et mondiales de trafic de drogues".

M. Leclaire a souligné que même si Internet ne constitue qu’un simple outil de communication entre fournisseurs et consommateurs de stupéfiants, il accentue le risque d’une distribution massive des drogues.

Il a, par ailleurs, fait savoir que l’assemblée générale de l’Interpol, réunie en sa 76-ème session dans la cité ocre, s’est penchée ce matin sur les politiques de lutte contre les stupéfiants au niveaux nationaux et à l’échelle d’Interpol, ainsi que sur les tendances actuelles de ce fléau.

M. Leclaire a fait remarquer, dans ce sens, qu’on assiste depuis 2005 à une diversification des voies empruntées par les trafiquants de Cocaïne, an ajoutant notamment à la route traditionnelle des Caraïbes celle de l’Afrique de l’Ouest, précisant que les tendances mondiales actuelles se résument en l’émergence des drogues synthétiques, l’accroissement du marché de la cocaïne et une stabilisation de la consommation de l’héroïne.

Dans le même contexte, il a tenu à préciser qu’Interpol a mis en place un projet baptisé "Cocaf" ayant pour objet de favoriser l’échange d’informations à ce sujet entre les pays membres.

Il a relevé que le Maroc a fourni, dans le cadre de ce projet, un grand nombre d’informations "précises et pertinentes" qui ont permis l’arrestation de plusieurs trafiquants de drogue dans différents pays de la région.

M. Jamal Lakrimat, chef de la section de lutte anti-drogue au Maroc a, pour sa part, indiqué que l’AG d’Interpol a pris connaissance des axes opérationnels mis en oeuvre par le Royaume en vue d’aider ses partenaires au sein de cette organisation à juguler ce phénomène, estimant que "le Maroc est une victime de ce fléau, qui sans rester passif réagit en permanence".

Il a cité à titre d’exemple l’arrestation, durant l’année en cours, de 65 passeurs de cocaïne à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca.

La rencontre de Marrakech, qui connaît la participation d’environ 600 délégués représentant 145 pays membres, coïncide avec la commémoration du cinquantième anniversaire de l’adhésion du Royaume à l’Organisation, soit un demi-siècle de coopération pour la paix et la sécurité mondiales.

Laisser un commentaire