C’EST LA CONNAISSANCE QUI GAGNERA LA GUERRE

Le bulletin d’ENCOD du mois de novembre sur l’actualité de la guerre à la drogue…

Date : novembre 2007
Source : http://www.encod.org/info/ENCOD-BULLETIN-35,846.html 

Par Joep Oomen (avec l’aide de Peter Webster)

Lors d’une interview récente dans un documentaire autrichien (voir www.war-on-drugs.com),Kevin Whaley, Chef des Programmes Internationaux de la DEA (Drugs Enforcement Administration)
des États-Unis, a déclaré :"Je n’aime pas le terme ‘guerre à la
drogue’. Vous savez pourquoi ? Parce que les guerres ont toujours un
début et une fin. Notre lutte contre les drogues ne finira jamais."

 

Ces mots disent tout. La guerre aux drogues n’est pas
faite pour être gagnée, elle est faite pour durer éternellement.
Logiquement, ceux qui dirigent cette guerre feront tout pour maintenir
dans l’ignorance ceux qui payent des impôts en relation avec l’impact
réel d’une opération mondiale qui, selon Ethan Nadelmann (Drug Policy Alliance), coûterait au moins 100 milliards de dollars par an.

 

Pour cette raison, plus il y aura de gens informés et
mobilisés pour remettre publiquement en question la prohibition comme
seule réponse aux problèmes liés aux drogues, plus les jours de cette
monumentale stupidité humaine seront comptés.

 

Dans l’histoire de l’humanité, les arguments moralistes
ont presque toujours perdu de leur valeur ou ont été neutralisés quand
apparaissait un accroîssement des connaissances. Alors évidemment, on
peut passer du temps à démonter ces arguments alors qu’ils sont basés
sur des intérêts économiques considérables. On pourrait même faire
marche arrière, c’est en train de se passer en Hollande. Le 12 octobre
, le ministre Hollandais de la Santé Publique Ab Klink a finalement
décidé de proposer l’interdiction de la vente de champignons psylocibes, malgré les recommandations de ses propres conseillers.

 



Selon le Centre de Coordination Evaluation et Orientations des
nouvelles drogues (CAM), le plus important organe consultant du
ministre Klink , l’usage de champignons hallucinogènes provoque un
risque si mineur pour la santé personnelle et la société en général que
l’interdire est une mesure exagérée par rapport aux problèmes et
dommages causés par son usage actuel. En juin , Klink était encore
d’accord avec cette analyse. Cependant après un été lors duquel la
presse hollandaise , à plusieurs reprises , a exagéré et manipulé des
informations sur des accidents concernants des touristes a Amsterdam
qui auraient (ou non) consommé des champignons , combiné avec les
vociférations constantes pour la prohibition des champignons du
parlementaire conservateur Fred Teeven , un ancien procureur qui fut
célèbre après avoir traité quelques affaires de drogue importantes, ont
fait que désormais Klink considère ses propres conseillers comme
"irréalistes".

 

Cette décision implique que plusieurs "smartshops"
hollandais devront fermer rapidement leur porte. Quelques activistes
Hollandais pensent même que d’ici quelques années il se passera la même
chose avec le cannabis et que dans 10 ans il n’y aura plus de
coffee-shops. Pour l’instant il est difficile d’imaginer qu’un société
démocratique accepte une telle destruction de libertés acquises qui
nierait complètement les preuves scientifiques et pratiques
disponibles. Mais quand il s’agit de la guerre aux drogues, tout paraît
possible.

 

En Suisse, le chanvrier André Fürst a commencé une
grève de la faim le 27 octobre, afin de protester contre la
continuation de la détention préventive qui dure depuis son arrestation du 9 septembre dernier.
Les autorités continuent de chercher s’il est possible de mettre en
relation d’autres cas que celui qui a abouti ‘a une peine de 29 mois de
prison, qu’il est prêt à éxécuter. Le juge avait ordonné la libération
de André Fürst le 26 octobre, compte-tenu que les règles en Suisse,
prescrivent la fin de la détention préventive à cette date. Normalement
il aurait dû lui être permis de sortir quelques jours afin de régler
quelques problèmes pratiques avant de commencer sa peine de 29 mois de
prison. Cependant le procureur s’oppose à cette décision. A tous nous
demandons de bien vouloir signer et envoyer la "Lettre ouverte aux Autorités Suisses" qui demande la révision du procés de André Fürst

 

La nuit est toujours plus dure juste avant l’aube. En Italie, il y a des zones d’ombre dans l’histoire de Aldo Bianzino, 44 ans,
qui fut arrêté le 12 octobre pour une petite plantation de cannabis.
Bianzino, qui menait une vie tranquille avec sa compagne et trois
enfants dans un petit village de Umbria, fut amené à la prison de
Perugia en parfaite santé. Il est mort deux jours après. Des
informations non confirmées sur les causes de sa mort parlent de
blessures importantes à l’estomac et au cerveau,probablement quelques
côtes cassées, même si le corps ne montrait pas de marques de sang ou
de contusions. ENCOD a préparé une lettre ouverte aux Autorités Italiennes qui demande une enquête sur cette affaire.

 


Antonio Maria Costa

 

Les atrocités commises chaque jour au nom de la guerre
à la drogue ne pourront que continuer si les autorités responsables ,
telles que Antonio Maria Costa , Directeur éxécutif de l’Office des Drogues et du Crime de l’ONU
(UNODC), sont disposées à manipuler la vérité de façon grotesque. Selon
Costa, qui a fait un discours à l’ONU le 10 octobre, le monde entier
est attaqué par les narco-trafiquants, et les gouvernements doivent se
renforcer, autant au niveau de l’appareil judiciaire que dans le
développement économique pour se défendre.

 

Cet argument peut paraitre raisonnable à quiconque qui
ne connaîtrait pas la misère des paysans colombiens qui subissent des
fumigations chimiques mortelles, destinées à détruire leurs champs de
coca,ou le développement socio-économique de prisonniers qui subissent
des peines à perpétuité aux États-Unis à cause de petites violations
non-violentes de la loi sur la drogue. Mais dès que l’on commencera à
connaître la vérité dans le débat public , les déclarations de Costa
seront comparées à celle de Joseph Goebbels,le chef de la propagande de
Hitler.

 

A partir du 10 Mars 2008, la Commission des Stupéfiants
de l’ONU se réunira à Vienne pour évaluer les résultats de 10 ans de la
stratégie adoptée en 1998 pour réduire significativement l’offre et la
demande de drogues illicites. Dans le même esprit exprimé par Kevin
Whaley de la DEA, les portes-parole de l’UNODC ont remplacé le mot
"réduire" par le mot "contenir" dans leur communication officielle sur
la date butoir de 2008. Evidemment cette formulation rend plus
difficile le processus d’évaluation, vu qu’il est beaucoup plus
difficile de définir ce qu’est une réussite ou un échec lorsque l’on
tente de contenir plutôt que de réduire.

 

Pour cela, à ENCOD nous préparons la présentation de notre propre "évaluation" lors d’un évènement de trois jours
qui aura lieu les 7 ,8 et 9 mars 2008 à Vienne. Le programme inclura
une conférence sur les motifs de la prohibition des drogues, une
manifestation devant l’édifice de l’ONU et une exposition sur l’usage
bénéfique des plantes illicites. On espère souhaiter la bienvenue à de
nombreux membres d’ENCOD à Vienne, et nous pouvons offrir un accueil
gratuit ou bon-marché durant ces trois jours à tous membres qui s’inscriront avant le 20 novembre 2007.

 

Les trois jours de Vienne seront l’expression d’une
tristesse et d’un espoir, dirigés vers tous ceux qui pensent que la
prohibition règnera toujours, parce qu’elle ne doit pas et ne peut pas
être modifiée. Une guerre contre les drogues ne peut être maintenue que
par des gens qui sont inconscients des faits, ou qui ne s’en
préoccupent pas. Tant qu’il y aura des gens disposés à parler contre la
prohibition de façon digne il y aura un espoir qu’un jour prévaudra
l’intelligence et la dignité humaine.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.