Répression au czechtek 2005 : les tribunaux blanchissent la police

Aout 2005 le lundi
15 août exactement, depuis plusieurs années un Teknival a lieu
tranquillement en tchéquie c’est le Chzeztek haut lieu de la culture
free parties et techno , cette année la pour des raisons plus que
douteuses, le premier ministre de l’époque Jiri Paroubek et son
ministre de l’intérieur Bubblan décident de l’interdire sans aucune
raisons valables , s’ensuivra une répression terrible contre ce
teknival causant un mort , et des dizaines de blessés
 

Deux
ans aprés les tribunaux tchéques blanchissent la police tchéque qui fit
un mort et plusieurs dizaines de blessés pendant la répression qui eue
lieu en 2005 contre un teknival.

Le tribunal de Ville de Prague a adopté mercredi 20 juin, 2007 deux
charges administratives contre les procédures de la police pendant le
teknival (le festival de freetekno) CzechTek qui eu lieu l’été 2005 et qui fut
sévèrement réprimé. Les charges retenues ont affirmées que les actions
de la police au CzechTekétaient illégales et disproportionnées
cependant le tribunal ne se juge pas « compétent » pour juger l’affaire

Le rejet du tribunal a été basé en accord avec une loi tchèque, qui
déclare que la seule procédure qui peut être retenue est une action
illégale de l’autorité de l’état.

Selon le tribunal, cette condition n’a pas été remplie, a l’heures
actuelle il n’est pas ( ou plus ) de leur autorité de juger
l’illégalité de l’action de police. Les membres de CzechTek qui avaient
déposés plainte , ont été représenté par l’organisation Iuridicum
Remedium (http://www.iure.org/)

Le médiateur tchèque sur les question des droits de l’homme Otakar
Motejl a critiqué l’action de police contre le festival de freetekno
traditionnel en janvier 2006. Selon lui l’action était légale mais
inopportune et la police n’avait pas utilisé toutes possibilités dans
résoudre la situation sans la violence.

alors que plus de 1000 a 2000 policiers anti émeute avaient étés
mobilisés contre 5000 ou 6000 teufeurs la police avait établi un blocus
sévère de l’entrée du champ loué pourtant légalement pour le teknival ,
d’après de nombreux témoignages et regroupements d’informations , il
est maintenant prouvé que. La police n’a cessé de donner des fausses
informations aux gens qui se rendaient au teknival, en essayant de les
empêcher d’aller au Teknival , en créant toutes sortes de rumeurs et de
tensions, en leur racontant qu’il était annulé ce qui était faux.

Par conséquent, beaucoup de participants qui allaient au teknival se
sont retrouvés dispersés sur des terrains environnants au terrain loué
pourtant légalement par les organisateurs.

Ca a été la raison et l’excuse donnée par la police anti émeute
tchèque, pour « expliquer » un recours a la force contre les
teknivaliers qui encerclés et dispersés on commencés a ce défendre
contre les provocation policières permanentes avec les résultats que
l’on sait, un mort et des dizaines de blessés dont certain très graves.

Il y a eus énormément de gens blessés sur les deux sites. Plusieurs
personnes ont fini à l’hôpital avec des blessures sérieuses. Le nombre
exact de gens blessés a pourtant pu être déterminé malgré les
allégations des médias tchéques qui ont minimisés le nombre de blessés.

Selon le rapport de service d’Urgence de l’hôpital de Plzen publié
tout de suite après l’action de police, il y eu 34 personnes blessées
26 civils et 8 policiers Un civil a été très sévèrement handicapé, avec
des dommages permanents a la cornée de l’oeil, causée par l’explosions
d’une grenade lacrymogène. Deux jeunes filles ont fini avec les
blessures sérieuses causées par la police, l’une avec une côte cassée,
La Deuxième blessée s’est retrouvée avec un coude fracturé causé par un
policier qui l’a traînée violement au sol en la tirant par les cheveux
, un jeune est mort écrasé par une voiture de police qui a foncé dans
la foule.

L’action de police contre le CzechTek fut la plus grande action de
répression connue, depuis le contre sommet de l’OTAN en 2002. ça à été
aussi le conflit le plus sérieux conflit entre des citoyens tchèques et
la police depuis l’effondrement du régime communiste en 1989. Malgré
ces événements personne dans l’actuel gouvernement tchèque n’a voulu
endosser la responsabilité de cette répression.

l’Ex-premier Jiri Paroubek membre du pari du (CSSD) le Ps hongrois
ex Pc tchéque ndr , a couvert et approuvé politiquement la répression,
malgé les plaintes déposées contre lui , celui-ci n’a rien voulu
entendre et les tribunaux lui ont donnés raison.

L’action et la répression de la police a pourtant été dénoncée par
le parlement et les membres de l’opposition démocrates ainsi que par le
président Vaclav Klaus. malgré toutes les plaintes et témoignages des
teknivaliers, aucune charges n’ont étés retenues contre la police ni
contre Jiri Paroubek le premier ministre et Bubblan son ministre de
l’intérieur de l’époque.

Pire encore plusieurs hauts officiers
de la police présente lors de la répression du CzechTek ont été promus
en fait. Le dirigeant de la police de l’unité disciplinaire, (police
anti émeute tchèque ndr) Vladislav Husak a été lui aussi promu un mois
après la répression du Teknival et les tribunaux ont rejetés toutes les
charges retenues a leur encontre.  Jusqu’ici, les seules personnes qui
ont étés jugées par le tribunal étaient des participants du Tek nival
Ils ont étés accusés d’outrages et rébellions contre des officiers de
polices. Alors que la plupart du temps les dossiers de ceux-ci étaient
bien minces, souvent erronés et contradictoires et douteux au niveaux
des preuves.  Les élections du 2006 juin n’ont
rien amené nouveau. Le nouveau ministre de l’intérieur, Ivan Langer,
qui avait critiqué l’action de police lors du CzechTek a promis de
nouvelles investigations, elles ne semble pas allez bien vite malgré sa
promesse.

source : http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=83256, le 26 juin 2007 

d’autres informations et des Photos de la répression sur :

http://czechtek.bloguje.cz/

http://czechtek.muzika.cz/foto/

http://de.indymedia.org/2005/07/124168.shtml

http://en.policejnistat.cz/

http://www.reflex.cz/Clanek17462.html

http://en.policejnistat.cz/We-inform/Articles/What-happened-at-CzechTek-2005—the-facts.html

Laisser un commentaire