USA: les très jeunes se droguent moins mais les quinquagénaires davantage

En matière de drogues "Faites ce que je dis mais pas ce que je fais" semble être le propre des parents américains …

date: vendredi 8 septembre
Source: AFP
Photo

 

WASHINGTON (AFP) – L’usage de drogues par les 12-17 ans aux Etats-Unis
a baissé en 2005 mais leurs grands-parents, les baby-boomers âgés de 50
à 59 ans, sont plus nombreux qu’avant à se droguer et notamment à fumer
de la marijuana, selon une enquête du ministère de la Santé américain.

En 2002 et 2005, le nombre de quinquagénaires ayant recours à des psychotropes est passé de 2,7% à 4,4%, soit un bond de 63%.

Cela représente 1,6 million d’Américains de plus de 50 ans, selon
l’enquête d’une agence du ministère de la Santé, la SAMHSA (Substance
Abuse and Mental Health Services Administration).

Cette hausse s’explique par la pyramide des âges et la vogue des
paradis artificiels dans les années 70, a indiqué le directeur des
enquêtes de population de la SAMHSA, Joe Gfroerer.

"Ces baby-boomers ont un usage historique de la drogue quand ils
étaient jeunes et maintenant ils atteignent la cinquantaine", a-t-il
expliqué à l’AFP. Tous les baby-boomers ne continuent pas à fumer après
50 ans mais comme ils étaient très nombreux à s’y adonner dans les
années 70, "il y a une vague résiduelle d’usagers qui va continuer à
augmenter dans les statistiques à venir".

Parmi les 12 à 17 ans, l’usage de drogues est en perte de vitesse à
9,9% contre 10,6% en 2005 et 11,6% en 2002. "La tendance pour les très
jeunes est encourageante", s’est félicité le secrétaire à la Santé,
Mike Leavitt.

Pour les jeunes adultes de 18 à 25 ans, l’orientation est moins
positive. L’usage de cocaïne par cette partie de la population est en
hausse à 2,6% en 2005 contre 2% en 2002 ainsi que celui de produits
médicamenteux (6,3% contre 5,4% en 2002), notamment de narcotiques
anti-douleurs.
Au rang des produits illicites, la marijuana est toujours la première drogue utilisée avec 14,6 millions de fumeurs aux Etats-Unis,
suivie par les médicaments sur ordonnance (6,7 millions), spécialement
les anti-douleurs (4,7 millions), les tranquilisants (1,8 million) et
les stimulants dont les amphétamines (1,1 million).
Globalement, même si son usage augmente parmi les 18-25 ans,
l’utilisation de la cocaïne se stabilise à 1% et celle de l’héroïne à
0,1%, soit 136.000 personnes.
Au total, près de 20 millions d’Américains usent de substances
illicites, soit 8,1%, un chiffre quasiment stable par rapport à 2004
(7,9%).
Mais au rang des substances autorisées, l’alcool, consommé pour se
saoûler ("binge drinking") arrive de loin en tête, enivrant 22,7% de la
population américaine âgée de plus de 12 ans, soit 55 millions de
personnes.
Presque un jeune sur deux (41,9 % des 18-25 ans) prend une "cuite" une fois par mois.
Le taux de personnes qui "boivent beaucoup", c’est-à-dire se saoûlent
au moins cinq fois par mois, est de 6,6% (16 millions de personnes) et
de 15,3% pour les 18-25 ans.

L’enquête qui porte sur 67.500 personnes, signale également que 15,8
millions d’adultes, soit 7,3% de la population au-dessus de 18 ans, a
connu un épisode dépressif l’année passée, contre 17,1 millions en 2004.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.