Enquête : Panorama régional des consommateurs de produits psychoactifs

mercredi 6 juillet 2005
Copyright: © Le Parisien
Marc Payet

Où fume-t-on le plus de cannabis ? Où boit-on le plus d’alcool ? Qui goûte aux « champis » hallucinogènes ? Le résultat de l’enquête de l’Office français des drogues et des toxicomanies menée auprès des jeunes de 17 ans permet de répondre à ces questions. Ce travail a été fait à partir des réponses fournies par 27 000 jeunes lors de la Journée d’appel de préparation à la défense. Trois auteurs – François Beck, Stéphane Legleye et Stanislas Spilka – ont ensuite construit des cartes* de la consommation, produit par produit, qui sont réunies dans un atlas régional de consommation des produits psychoactifs. L’absence de données significatives pour la Corse explique que l’Ile de Beauté ne figure pas sur ces tableaux. « La tendance générale chez les jeunes est une hausse régulière de l’alcool, une stabilisation du cannabis et une baisse du tabac », expliquent les auteurs. Qu’apprend-t-on de nouveau, produit par produit ?

Cannabis : l’Ouest et le Sud en tête
Malgré quelques spécificités régionales, le cannabis est diffusé de façon assez homogène sur l’ensemble du territoire. C’est sur le pourtour méditerranéen et en Bretagne que l’on fume le plus. En revanche, et c’est une surprise, la consommation est moins importante que l’on ne l’imagine en Ile-de-France. 13 % des ados franciliens ont fumé « au moins dix fois du cannabis au cours des trente derniers jours », moins que les jeunes de Normandie, du Languedoc ou d’Aquitaine.

Ivresse : la Bretagne largement devant
La Bretagne est largement en tête en nombre d’ivresses chez les jeunes. 15 % d’entre eux disent avoir été ivres « au moins dix fois au cours de l’année », ce qui est plus du double de la moyenne nationale ! Deux autres régions de la façade atlantique (les Pays de la Loire et l’Aquitaine) viennent en deuxième position. Contrairement à certaines idées reçues, la Picardie et le Nord comptent peu d’ivresses chez les jeunes, avec seulement 4 à 5 % d’entre eux concernés.

Tabagisme : c’est en Ile-de-France que l’on fume le moins
La proportion des jeunes de 17 ans qui fument est encore très élevée, à 39 % ! Ce chiffre est cependant en baisse : il était de plus de 40 % en 2001. Il existe de vrais contrastes régionaux. C’est en Ile-de-France que l’on fume le moins, avec seulement 34 % des jeunes accros à la cigarette. « Beaucoup d’entre eux, venus de banlieue, disent ne pas vouloir commencer à fumer, de peur d’être peu à peu entraînés dans une consommation d’autres produits addictifs », expliquent les auteurs. En revanche, les niveaux sont très élevés en Poitou-Charente, et surtout en… Bretagne, qui détient le record avec 48 % de tabagisme quotidien.

Ecstasy
, cocaïne : des variations régionales élevées
L’ecstasy est davantage expérimenté dans le Languedoc-Roussillon et la Franche-Comté (6,2 %) que dans le reste du pays. C’est sur le pourtour méditerranéen que la consommation de cocaïne (3,1 %) est la plus fréquente.

*Disponible sur Internet : www.ofdt.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.