MMC2012

2 mai 2012 – Marche Mondiale du Cannabis partout en France

Pour la 2ème année Techno+ participe à la Marche Mondiale du Cannabis, un évènement organisé le 12 mai prochain dans plus de 300 villes. Notre engagement sur cet évènement marque notre volonté de réformer la la politique des drogues dans le sens de la reconnaissance d’un droit à la consommation récréative de drogues. Cette manifestation est soutenue par des organisations ou partis politiques impliqués de longue date dans le débat. L’actualité récente très dense et le contexte électoral nous offrent l’opportunité de promouvoir l’idée qu’une autre politique des drogues est possible.

Depuis 2001, la Marche Mondiale du Cannabis s’organise chaque année dans plus de 200 villes du globe. Pour cette 11ème édition, plusieurs villes françaises programment des évènements locaux demandant la « dépénalisation », l’« autoproduction », et le « cannabis thérapeutique », avec un slogan adapté aux circonstances « le changement, c’est maintenant ».

Pour information, le Comité ad’hoc pour l’organisation de la Marche Mondiale du Cannabis le 12 mai 2012 rassemble : Act Up, AFR, AIDES, ASUD, Cannabis Sans Frontières, Cercle Anonyme de Cohésion, CIRC, Collectif Principes Actifs, Jeunes Ecologistes, Jeune Radicaux de Gauche, Ligue des Droits de l’Homme, Mouvement des Jeunes Socialistes, Mouvement des Libéraux de Gauche, Nouveau Parti Anticapitaliste, Secours Vert, Techno +.

Ces organisations signent cet appel commun :

Cannabis : Des revendications citoyennes

  • La réforme de la politique française en matière de cannabis et l’ouverture d’un débat public sur la loi du 31 décembre 1970
  • Une régulation de la production, de la distribution et de la consommation de cannabis protégeant aussi bien le consommateur que l’ensemble de la société
  • La dépénalisation de la consommation, de la possession et de l’autoproduction pour usage personnel
  • La prescription de cannabis dans un cadre thérapeutique
  • Une prévention pragmatique et ciblée en direction des mineurs et des usagers en difficulté
  • Une information cohérente et objective sur les effets et les pratiques de consommation réduisant les risques
  • La possibilité pour les usagers de se regrouper et d’organiser des filières courtes de production, de distribution, ainsi que l’usage social dans des lieux adéquats

Rendez-vous le samedi 12 mai 2012 à l’occasion de la Marche Mondiale du Cannabis, en France : Bordeaux, La Réunion, Lille, Lyon, Nice, Marseille, Paris, Toulouse, Tours, Nancy (à confirmer).

Pour trouver les coordonnées des rassemblements prévus le 12 mai, ou télécharger les documents d’information (affiches, flyers, images, etc…), consulter les archives, entrer en contact, etc…

Plus d’info sur http://marche.mondiale.free.fr

 

Avec les mots d’ordre « dépénalisation », « autoproduction », « cannabis thérapeutique » et un slogan adapté aux circonstances « le changement, c’est maintenant », une quinzaine d’associations et partis politiques viennent de signer un appel commun pour manifester publiquement et pour protester massivement le 12 mai 2012, à l’occasion de la Marche Mondiale du Cannabis en France.

 

L’un des porte-parole de la quinzaine d’associations et partis politiques qui ont conjointement signé un appel, explique leurs motivations : « Nous voulons l’ouverture d’un véritable débat public sur la loi du 31 décembre 1970 et en particulier sur le statut légal du cannabis, afin de trouver les modalités d’une régulation de sa production, de sa distribution et de sa consommation. La loi se doit de protéger aussi bien le consommateur que l’ensemble de la société. Nous exigeons donc la dépénalisation de la consommation, de la possession et de l’autoproduction pour usage personnel, ainsi que la prescription de cannabis dans un cadre thérapeutique. Contre les errements du passé, nous défendons une prévention pragmatique et ciblée en direction des mineurs et des usagers en difficulté, basée sur une information cohérente et objective sur les effets et les pratiques de consommation réduisant les risques. Enfin, nous proposons la possibilité pour les usagers de se regrouper et d’organiser des filières courtes de production, de distribution, ainsi que l’usage social dans des lieux adéquats »

Réaction à l’élection de François Hollande : Cannabis « le changement, c’est maintenant »

« Le changement, c’est maintenant ». En effet en matière de politique des drogues et celle à l’égard du cannabis en particulier, le changement est urgent. Telle est la tonalité voulue cette année par les organisateurs de la Marche Mondiale du Cannabis, prévue samedi 12 mai partout en France.

Dans la foulée du basculement historique de la France, à gauche, avec l’élection de François Hollande à la Présidence de la République, les revendications citoyennes de millions d’usagers du cannabis et d’autres substances illicites vont se faire entendre opportunément.

En effet, après quatre décennies de prohibition acharnée aux résultats catastrophiques, il est grand temps que le débat public s’ouvre, et d’agir pour que le projet de mandature législative intègre un changement drastique de la loi française relative aux stupéfiants, en suivant par exemple les recommandations de la Commission Mondiale sur la Politique des Drogues.

C’est pour demander qu’un nouveau cadre soit fixé, autour de la « dépénalisation », de l’« autoproduction », et du « cannabis thérapeutique » que les manifestants se rassembleront à Bordeaux,La Réunion, Lille, Lyon, Nice, Marseille, Paris, Toulouse, Tours, Nancy (à confirmer). .

L’un des porte-parole de la quinzaine d’associations et partis politiques qui ont conjointement signé un appel « Cannabis : des revendications citoyennes » souligne : « Hollande, c’est un nom qui sonne bien à l’oreille des jeunes, auxquels le nouveau Président souhaite s’adresser pour « changer l’avenir de la France ». Depuis quatre générations, les jeunes sont les victimes d’une politique de répression contreproductive. Rappelons que la loi française est l’une des plus rigide au monde. Mais alors que la crise de la dette commande de réduire les dépenses, un changement drastique de politique des drogues permettraient non seulement de faire des économies importantes, mais pourrait aussi renflouer des caisses bien vides. Il est tant d’en finir avec les lois d’exception pour réguler de manière pragmatique, sur des bases scientifiquement validées, la production, la distribution et la consommation de tous les psychotropes. Par exemple, sur le modèle des Cannabis Social Club en Espagne, nous pourrions envisager la possibilité pour les usagers de se regrouper et d’organiser des filières courtes de production, de distribution, ainsi que l’usage social dans des lieux adéquats… au plus grand bénéfice de la santé, la sécurité et des finances publiques. Depuis dix ans, la politique sécuritaire a été largement privilégiée au détriment de la santé qui a dangereusement été malmenée. Il faut donc comme nous le proposons une politique plus équilibrée, sans quoi rien ne changera vraiment… »

 

Laisser un commentaire