RebelleToiPeople – Edito du 12-09-12

Connaissez-vous la blague préférée du défunt Jean-Luc Delarue ? Oui ? Et bien je vous la raconte quand même.
C’est la femme sans nez qui demande au dealer :
« – Bonjour. Je voudrais 10g de cocaïne.
– Pas de problème mademoiselle. Je vous mets des rouleTApaille avec ?
– Mais enfin ! Vous voyez bien que je n’ai pas de narine !
– Ah si c’est comme ça alors… pas de narine, pas de cocaïne. »

… et Jean-Luc est mort de rire !

Pas fan de ses émissions, je ne tente même pas ici un hommage. Mais faut quand même reconnaître que « JLD top credibility » est une victime, encore une, de la prohibition et vient gonfler les statistiques apparemment importantes de drogués dépendants sevrés qui mouraient prématurément.
Début juillet comparaissait les autres consommateurs de CC du réseau VIP london, celui qui approvisionnait Delarue et son équipe. L’article du Figaro vaut le coup d’œil et relate comment cette brochette de cokés friqués n’en mène finalement pas plus large que les shiteux de banlieue face à un juge et adoptent la même stratégie de défense. Maladie, faiblesse, repenti. « C’est pas ma faute m’sieur. Dans mon ghetto (doré) c’est banal. ». Bref paraître le plus vulnérable possible et se fondre tel un camé-léon dans le cliché du pauvre junky victime de LA Drogue pour écoper de la plus petite sanction possible ou mieux obtenir une relaxe.

Facile me direz vous de dénoncer la lâcheté de drogués pris le nez dans le képa qui tentent seulement de sauver leur cul. On ferait sûrement pareil à leur place en ravalant un peu honteusement notre désir de clamer à la face du monde le projet d’une société où l’on emmerderait plus les consommateurs de drogues. Ce haut-fonctionnaire des finances fera surement de même. Et c’est exactement ce genre d'(auto)-censure et d’hypocrisie de survie qui renforce et perpétue le système.

Une fatalité serait-on tenté de penser. Et bien non ! Car chez les drogués il existe aussi des rebelles souvent anonymes. Certains doivent prendre cher et d’autres échappent aux mailles du filet. Comme dans le Centre, cette coopérative de fumeurs de beuh faite maison qui distribue gratuitement la production qui n’est pas consommée par ses membres. Ou cet autre gugusse qui se prend carrément pour un super-héros : Pierre-Michel Zipstein. Lui aussi un VIP plein de tunes, héritier des magasins Hamon (200 millions d’€ par an) rachetés par Carrefour en 2006. Mais loin de s’écraser comme les potes de JLD,  PMZ prend comme avocat M° Caballero le fondateur du Mouvement pour la Légalisation Contrôlée. Après s’être fait repérer comme cultivateur de cannabis dans sa propriété par l’hélicoptère de la gendarmerie, il reconnaît les faits et même les revendique. Il est condamné à 10 000€ d’amende et 1 an de prison par le tribunal correctionnel. En vrai militant, cette sanction ne lui convient pas et avec son avocat ils font appel pour montrer le caractère disproportionné de la loi en déclarant le tribunal correctionnel incompétent et il demande à être jugé en cours d’assise où il risque 20 ans de prison ! Risque calculé puisque celui-ci a déclaré : « J’adore la peine de prison qu’on me donne à chaque fois ! De toute façon, ils ont fermé la prison du coin donc ils vont devoir me mettre un bracelet électronique. Sauf que moi, je suis hippie, j’adore les bracelets ! Ce qui m’ennuie le plus dans l’histoire, c’est cette amende. »

Du côté des pas drogués (quoi que….) ça bouge aussi avec ce gendarme qui écrit à François Hollande pour demander la légalisation du cannabis tandis que ses collègues du répressif moins audacieux tentent une diminution de la sanction en la transformant en contravention. De leur côté les professionnels de santé demandent la dépénalisation de toutes les drogues comme politique officielle de ce nouveau quinquennat dans une charte qui a rassemblé 1500 signataires. Quant à l’ancien Ministre de l’Intérieur Daniel Vaillant il persiste dans son idée de légalisation totale du cannabis, de la production à la consommation en passant par la vente. Il aimerait voire cette proposition adoptée lors du prochain congrès des socialistes à Toulouse en octobre. Et il y a aussi RBH qui soutient la création des premiers Cannabis Social Clubs français à venir très bientôt. Et pour finir le gouvernement va probablement ouvrir une salle de shoot.

Comme quoi la France n’est plus totalement inactive contrairement à l’édito que je vous avais fait avant les élections sur le contexte international. Et certains compatriotes ont pris au pied de la lettre le slogan de campagne du nouveau président. Reste à voir ce que ce dernier fera sur la question…

A+

Kritik

 

Laisser un commentaire