Méphédrone

Méphédrone

Qu’est-ce donc ?

La méphédrone (meph’, 4-méthylmethcathinone, 4-MMC) est un puissant stimulant synthétique, dérivée d’un des alcaloïdes du khat (et fait partie de la famille des cathinones). Vendue en ligne depuis 2006, classée comme stupéfiant en 2010. Il semble que pharmacologiquement, la méphédrone pure est une bombe sérotoninergique (rapidité d’effets et intensité notamment, au dessus même de la MDMA) et dopaminergique (plus que l’amphétamine) et qu’il ne faut pas sous-estimer la neuro/cardio toxicité de ce produit. Les personnes souffrant de troubles cardiaques devraient vraiment éviter de consommer de la méphédrone.

L’art de bien doser son RC Alors que les produits habituels peuvent se doser à l’œil, les dosages de RC se comptent en millièmes de gramme et une erreur de dosage peut entraîner des conséquences graves… Mieux vaut donc bien te renseigner sur les dosages et investir dans une balance précise au milligramme près. Il faut bien la nettoyer à l’alcool après chaque utilisation pour éviter un cocktail de molécules ! Pour améliorer encore la précision (c’est parfois nécessaire sur des produits très actifs), tu peux faire une dilution volumétrique. Commence par vérifier le poids total de la quantité de produit à diluer et la solubilité de la molécule (la plupart le sont). Ne pas se fier au poids annoncé par le vendeur. 1 grammes de ta substance mis dans 1 litres d’un solvant (ex : alcool à 40° ou plus type vodka) = 1 milligramme par millilitre. Il suffit alors à l’aide d’une seringue (celle à insuline qu’on trouve dans les kit+ ou en pharmacie contiennent 1ml) ou d’une éprouvette graduée de remplir le nombre de millilitres souhaités pour obtenir le même nombre milligrammes. Renseigne-toi bien sur les dosages du RC que tu t’apprêtes à consommer et ne fais pas aveuglément confiance au dosage des autres : beaucoup de facteurs entrent en compte (poids, état physique et psychique, habitude de consommation…). Commence par une petite quantité et attends les effets avant d’augmenter progressivement.

Les effets et dosages

Oral : dose habituelle environ 150/200mg, effets euphorisants assez proches de la MDMA (empathogènes) en plus léger et moins psychédélique, durée plus courte, d’environ 3 heures tout compris. Nasal : proche de celle de la cocaïne, montée assez violente mais courte, plateau court, GROS CRAVING (besoin irrépressible d’en reprendre). Cette voie d’administration présente le risque de consommer des doses énormes ( jusqu’à plusieurs grammes ) si on n’arrive pas à gérer le craving. Plus corrosif que la coke pour la cloison nasale. Rectal : sensiblement la même chose que la voie nasale, sans le problème de sinus.

Risques

À court terme, mêmes risques que l’ecstasy : augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle, hyperthermie, bruxisme, palpitations, brainzap (sensations de décharges électriques au niveau de la tête) et parfois des problèmes psychologiques tels que psychose amphétaminique et paranoïa. Le produit ou ses sous-produits de dégradation ( en particulier la méthyl-éphédrine ) sont très vasoconstricteurs, d’où le fameux « blue knee syndrome  » , bleuissement des genoux et des jambes durant plusieurs jours après abus. La méphé agissant sur un laps de temps court, et n’ayant pas de descente prononcée à doses raisonnable, elle s’adapte particulièrement bien à toute situation sociale, et on arrive très vite au point d’en prendre très souvent. Le risque de dépression est à peu prêt similaire à la MDMA. À long terme, le produit est considéré comme toxique pour le système nerveux, cardiaque (risque d’infarctus) et vasculaire, bien qu’il y ai peu d’études précises (le produit est trop récent). L’expérience personnelle d’un usager, après deux ans de consommation régulière et corrélée avec les témoignages trouvés sur internet de gros usagers, est la suivante: Aggravation d’une insuffisance veineuse (varices) déjà présente, fasciculations (contraction intempestive de petits groupes musculaires) dans les mollets et parfois dans tout le corps, fourmillements dans les mains et les pieds pendant parfois plusieurs jours (ces effets semblent durables). En conclusion, un produit qui semble facilement gérable au premier abord, mais qui installe une insidieuse dépendance psychologique, et qui, pour obtenir des effets proches de l’ecstasy, demande des doses très rapprochées à cause du craving, il ne faut jamais sortir avec plus que ce qu’on envisage de consommer, car tout ce qu’on emporte va y passer dans la soirée… Pour connaître les informations générales sur les RC, consulte la page RC de ce site.

S’informer sur les RC Comme tu as pu le remarquer en lisant ce flyer, prendre des RC nécessite beaucoup d’informations (effets des différentes molécules, avantages/inconvénients des différents modes de consommation selon le produit, dosages, effets secondaires, etc…). Pour te renseigner sur tout cela, nous te conseillons de consulter les sites communautaires Erowid.org (en anglais) et Psychonaut.com (en français). Ces deux sites sont de remarquables plateformes d’échange entre consommateurs. Pour t’aider à mieux t’y retrouver sur ces sites voici quelques mots du vocabulaire qu’ils emploient :

  • Afterglow : Effet résiduel (sur l’humeur et la façon de penser notamment) d’un prod.
  • Bodyload : Effet de la substance sur le corps.
  • Drip : Lors d’une prise nasal, le prod et ses « restes » qui coulent du nez vers la gorge.
  • Drop / redrop : Prise / reprise d’un prod.
  • Plateau : Intensité atteinte après la montée.
  • ROA : Route Of Administration.
  • Set : Allant de pair avec le setting, correspond au mental / humeur au moment de la prise.
  • Setting : Environnement lors de la prise de prods’.
  • SNC : Système nerveux central.

10 conseils pour réduire les risques

Plus que pour tout autre produit, Techno + recommande d’être très vigilant sur le dosage des RC. Si tu n’es pas en mesure de doser correctement, ne consomme pas.
  1. Renseigne-toi à fond sur une molécule avant de l’expérimenter : dosages, interactions à éviter, mode de prise, etc… (Erowid.org en anglais et Psychonaut.com en français sont des sources fiables).
  2. Si tu as décidé de consommer un RC, fais-le avec des personnes de confiance, dans un contexte rassurant. Évite de consommer seul.
  3. En cas d’état dépressif, d’anxiété ou de problèmes psy, la prise de RC est fortement déconseillée, surtout pour les RC psychédéliques ou hallucinogènes.
  4. Gare aux allergies. À chaque nouvel achat, fais un test allergique : 2 prises d’une toute petite quantité du produit espacées d’au moins 1h30. Puis attends la réaction.
  5. Évite les mélanges (y compris avec l’alcool et les médicaments), d’autant plus si c’est ta première prise.
  6. Attends les effets en fractionnant le dosage en 2 fois (à 1 heure d’intervalle par exemple) ce qui permet de limiter les effets négatifs de la montée, d’éviter le surdosage et de vérifier que le produit est conforme à tes attentes.
  7. Bois de l’eau régulièrement (mais pas de trop grande quantités d’un coup : moins d’un demi litre).
  8. Espace les prises et tes sessions de conso, n’en prends pas régulièrement.
  9. Évite de prendre le volant (reste en vie, on t’’aime !) et d’’entreprendre une activité à responsabilité sous l’effet de ces produits.
  10. Prends garde à la désinhibition, mets une capote et pense au gel lubrifiant !

En cas de surdose

Sensation de « tomber dans les pommes » (malaise vagal) : S’allonger, jambes relevées, manger quelque chose de sucré, ré-hydrater, se reposer, surveiller. Surtout attendre avant de rebaisser les jambes, la personne doit pouvoir se relever seule, à son rythme. En cas de perte de conscience : Si la personne respire, allonge-la sur le côté, défais tout ce qui peut gêner la respiration (col, ceinture…) puis dans tous les cas alerte ou fais prévenir les secours (112). En attendant, appelle la personne par son prénom en lui demandant d’ouvrir les yeux, de serrer ta main. Prévois un truc sucré et reporte-toi aux infos juste au-dessus si la personne reprend conscience. Reste présent quand les secours arrivent pour leur dire ce qui s’est passé et notamment ce que la personne a pris.

Coordonnées utiles

L’’information objective, sur les risques liés aux pratiques festives et les moyens de réduire ces risques, permet à chacun d’’adopter une attitude responsable dans ses choix de vie, qu’il s’agisse de consommation de drogues légales ou pas, de risques auditifs, de sécurité routière, de jonglage enflammé, de piercing, de sexualité, d’usage-revente…
by-nc-nd-300x104Ce document est édité par Techno+ sous la licence Creative Commons by-nc-nd. Il peut être reproduit pour toute action non commerciale à condition de citer l’’auteur et de ne pas changer les termes de la présente licence.

Enregistrer