Analyse

Analyse

Qu’est-ce donc ?

L’analyse de drogue a pour objectif d’en savoir un peu plus sur les produits que tu consommes. En effet, la composition des produits varie fortement ce qui peut être cause d’incidents. Sur les dernières années, on a constaté l’apparition de comprimés d’ecstasys extrêmement dosés, de produits de coupe nocifs (le lévamisole dans la cocaïne par exemple), ou d’arnaques aux nouveaux produits de synthèse (entre autres de la methoxétamine vendue pour de la kétamine ou des NBOME vendus pour du LSD). Il existe plusieurs techniques d’analyse, chacune a ses avantages et ses inconvénients. Tu peux utiliser certaines toi-même, d’autres sont plus complexes, plus chères et pour y avoir accès tu devras forcément passer par une association qui pratiquera l’analyse elle-même ou la fera pratiquer par un laboratoire. Analyser ses prods permet de réduire les risques auxquels tu t’exposes en consommant. Pour les associations comme Techno+, cela peut aussi permettre de mieux documenter ce qui circule et éventuellement de lancer des alertes.

Le testing

Le testing est une technique simple qui consiste à mettre un réactif chimique (Marquis, Erlich, Mandelin, Mecke…) au contact d’une petite quantité de produit. Le mélange se colore ou pas. On compare ensuite la couleur obtenue avec une grille (fournie avec le réactif) qui permet d’interpréter le résultat. Les résultats sont souvent plus précis en croisant plusieurs tests (il en existe toute une gamme dont certains sont même censés donner des informations quantitatives). Interdit pour les associations de Santé depuis 2005, le testing demeure autorisé pour les particuliers. Il est simple et rapide à utiliser, cependant attention, contrairement à ce que prétendent certains fabricants, il existe un risque de faux positifs et de faux négatifs, de plus le testing ne donne pas d’informations sur le dosage (%). C’est donc un outil présomptif, il peut permettre d’éliminer certaines arnaques mais ne doit surtout pas conduire à une impression de sécurité (un produit qui réagit conformément peut être surdosé ou contenir un produit de coupe dangereux non reconnu par le réactif). Attention, les réactifs sont souvent très corrosifs. Tu peux acheter légalement ces réactifs sur le net mais attentions aux offres des sociétés commerciales qui omettent souvent les limites de cette technique. Voici quelques sites où l’on peut trouver ces réactifs, il en existe d’autres et nous n’en recommandons pas un en particulier : EZtest, Bunk Police, Narcocheck, Dance Safe…

La CCM

La chromatographie sur couche mince est une technique plus élaborée. Elle est séparative, c’est-à-dire qu’elle détecte normalement tous les composants de l’échantillon, même si ils ne sont pas forcément identifiés. Elle ne donne malheureusement pas d’informations sur le dosage (%). La CCM est difficile à mettre en oeuvre pour un particulier, cependant depuis l’interdiction du testing, beaucoup d’associations ont développé des projets d’analyse par CCM. Pour y avoir accès tu dois donc te rapprocher d’une structure (asso festive comme Techno+, CAARUD, CSAPA…) qui se chargera (gratuitement) d’analyser ton échantillon (une tête d’allumette suffit). Si tu souhaites faire analyser un produit par CCM mais que tu ne trouves pas de structure dans ta région, tu peux utiliser notre dispositif CCM 2.0 (cf verso).

Les techniques de laboratoire (HPLC – MS)

Séparatives et quantitatives, ce sont les techniques les plus sophistiquées, elles permettent d’identifier tous les composants présents dans un échantillon, mais aussi de les doser en pourcentages. Elles sont en revanche difficiles et coûteuses à mettre en place. Actuellement deux possibilités s’offrent à toi pour y avoir accès :

  • SINTES : Dispositif national piloté par L’OFDT, SINTES a pour mission d’analyser tous les produits au contenu suspect (nouveau produit et/ou produit dangereux). Pour ce faire, le dispositif SINTES dispose d’un réseau de personnes habilitées à recueillir des échantillons (la liste des collecteurs est disponible sur ofdt.fr). La plupart des structures (Assos festives, CAARUDs, CSAPPA) sont partenaires du dispositif. Pour faire analyser (gratuitement) un échantillon qui correspond aux critères (effets bizarres ou nouveau produit), tu devras donc te rapprocher d’une structure proche de chez toi ou directement du réseau SINTES. Les résultats sont généralement assez longs à arriver (3 semaines).
  • International : L’association espagnole Energy Control (energycontrol-international.org), propose des analyses en labos à l’international dont le coût est en revanche supporté par l’usager. Tu devras donc envoyer un règlement de 50 euros (tu peux même payer en bitcoins) et ton échantillon (par voie postale) à l’association qui se chargera de procéder à l’analyse (délai moyen d’une semaine). Les infos sur ce service sont sur energycontrol-international.org.

Les bases de données de produits

Pour avoir une meilleure idée de ce que tu consommes, tu peux aussi te renseigner sur les produits en circulation. Comme pour le testing, cela peut te permettre de réduire les risques mais attention à ne pas tirer d’impression de sécurité du fait d’avoir vu un produit similaire à celui que tu t’apprêtes à consommer bien noté dans une base de données : certaines bases de données participatives sont aussi alimentées par des usagers (et des revendeurs) et se basent sur des ressentis subjectifs plutôt que sur des analyses sérieuses. Garde aussi en tête que deux produits qui se ressemblent peuvent avoir des contenus très différents. C’est notamment le cas sur l’ecstasy ou lorsqu’une « bonne presse » paraît, des contrefaçons sont souvent rapidement mises en circulation. Voici quelques ressources auxquelles te référer :

  • La météo des prods de Techno+ : notre compilation des alertes et des résultats d’analyse en France et en Europe, actualisée régulièrement sera bientôt téléchargeable sur notre site.
  • Plus Belle la Nuit
  • Le point SINTES, newsletter disponible sur le site de l’OFDT, reprend les dernières analyses de produits en France. Tu peux trouver le dernier numéro ici.
  • Les forums de consommateur psychonaut.com et psychoactif.fr

Pense aussi à consulter les sites étrangers :

Il existe également 2 bases de données mondiales :

  • ecstasydata.org qui est le labo partenaire du site de référence Erowid.org et qui agrège de nombreux résultats provenant de sources fiables essentiellement des labos.
  • pillreports.net qui une base de données participative ouverte où chacun peut mettre ses propres analyses. On y trouve surtout pour la partie européenne des résultats de testing et des trips reports.

8 conseils pour réduire les risques

  1. Lorsque tu ne connais pas un produit commence toujours par une petite quantité et laisse lui le temps d’agir afin d’évaluer la puissance du produit.
  2. Attention, il y a souvent des contrefaçons et deux produits exactement pareils peuvent avoir des contenus très différents.
  3. Lorsque tu en as l’occasion fais analyser ton produit avant de le consommer. Si tu utilises le testing, lis la partie «testing» de ce flyer.
  4. Le marché des drogues évolue, informe-toi sur les produits en circulation et les alertes en cours disponible sur les sites et les forums spécialisés.
  5. Si tu as décidé de consommer, fais-le toujours avec des gens de confiance, dans un contexte rassurant.
  6. Si quelqu’un autour de toi consomme un produit qui pose des problèmes inhabituels, essaye d’en conserver un échantillon pour le faire analyser (si tu ne sais pas où faire analyser l’échantillon, contacte-nous).
  7. Écoute les revendeurs s’ils te disent d’y aller doucement car le produit qu’ils te vendent est fort (même si ils peuvent bien sûr en rajouter, part du principe qu’il vaut mieux fractionner la première dose et monter en plusieurs fois que de se retrouver en surdose).
  8. N’oublie pas le gel et les capotes !

En cas de surdose, malaise, douleur ou gêne inhabituelle

Préviens les secours (18 ou 112). Il n’y a aucune honte. Les secouristes sont tenus à la confidentialité. En cas de nausée : Ne pas rester seul, s’aérer, se ré-hydrater, respirer profondément, se reposer. Ne pas s’empêcher de vomir. Ne pas continuer à boire. Se coucher sur le côté. En cas de perte de conscience (malaise vagal) : Si la personne respire, allonge-la sur le côté, défais tout ce qui peut gêner la respiration (col, ceinture…) puis dans tous les cas alerte ou fais prévenir les secours (112). En attendant, appelle la personne par son prénom en lui demandant d’ouvrir les yeux, de serrer ta main. Prévois un truc sucré et reporte-toi aux infos juste au-dessus si la personne reprend conscience. Reste présent quand les secours arrivent pour leur dire ce qui s’est passé et notamment ce que la personne a pris.

Coordonnées utiles

  • Urgences – Secours : 112
  • Drogues Alcool Tabac Info Service :
  • Sida Info Service : 0 800 840 800
  • Hépatites Info Services : 0 800 845 800
L’’information objective, sur les risques liés aux pratiques festives et les moyens de réduire ces risques, permet à chacun d’’adopter une attitude responsable dans ses choix de vie, qu’il s’agisse de consommation de drogues légales ou pas, de risques auditifs, de sécurité routière, de jonglage enflammé, de piercing, de sexualité, d’usage-revente…
by-nc-nd-300x104Ce document est édité par Techno+ sous la licence Creative Commons by-nc-nd. Il peut être reproduit pour toute action non commerciale à condition de citer l’’auteur et de ne pas changer les termes de la présente licence.

Enregistrer