GHB / GBL

Qu’est-ce donc ?

Le GHB et le GBL sont 2 produits aux effets pratiquement identiques. Contrairement à ce que l’’on pourrait croire les liquides vendus comme étant du GHB sont presque toujours du GBL.

Le GHB est un médicament synthétisé en 1874 puis redécouvert en 1961 par H. Laborit, un médecin Français qui en consomma lui-même plusieurs fois. Il a également été utilisé en médecine pour le traitement de l’insomnie grave et dans celui du sevrage alcoolique.
Ce produit de synthèse est vendu en poudre blanche cristalline, ou bien sous forme liquide. Dans les 2 cas, il est destiné à être dilué dans un verre d’eau et bu. Il est incolore et inodore mais a un goût amer. Le GHB est un produit classé comme stupéfiant à usage exclusivement médical, dont le détournement à des fins récréatives est interdit. À ce titre, ce détournement expose au risque de poursuites judiciaires.

La GBL, Gamma-ButyroLactone, est un liquide visqueux incolore. C’est un produit chimique fortement acide, très utilisé dans l’industrie, notamment comme solvant-décapant pour peintures. Il se transforme dans le corps, après absorption, principalement en GHB, un peu en GBL et en acide succinique. C’est pourquoi les effets de ces 2 produits sont identiques.
Le GBL est un produit légal mais contrôlé. Le fait d’en proposer ou d’en vendre à quelqu’un en vu de sa consommation est passible de poursuites judiciaires.

Le GHB/GBL est parfois aussi appelé « G », « Gi », « ecstasy liquide » ou « MDMA liquide ».

Les effets, c’est quoi ?

La dose pour obtenir les mêmes effets est extrêmement variable d’une personne à l’autre et selon les autres produits déjà consommés. De plus, selon le dosage les effets sont assez différents et la surdose arrive vite. Tout ceci rend le dosage du GHB/GBL très difficile et nécessite de ne surtout pas doser « à l’oeil nu » (utiliser une pipette, une seringue sans l’aiguille ou une balance de précision pour les formes en poudre).

Avec du GHB en poudre, la dose moyenne à diluer varie de 0,75g à 1,5g pour commencer à ressentir des effets. À partir de 2,5g (=½ cuillère à café), dormir est souvent le seul effet qui reste. À partir de 5g le risque d’overdose est important.
Sous forme liquide, en moyenne, 2ml de GHB = 1ml de GBL = 1g de GHB en poudre pour des effets équivalents.
Lors des 1ères consommations ou lorsqu’on est incapable d’évaluer la dose que l’on va prendre, il vaut mieux en prendre le minimum puis attendre l’arrivée des effets.

La montée est assez rapide (surtout à jeun), entre 10 et 20 minutes, et ses effets durent de 2 à 4 heures.
Dès la montée, tu ressens un moment de flottement.
Les effets couramment évoqués sont proches de ceux de l’alcool : euphorie, désinhibition, chaleur émotive, un sentiment de relaxation et une hyper sensualité.
Si la dose est trop forte, les effets du GHB/GBL sont ceux d’un somnifère puissant. Le GHB/GBL est d’abord et avant tout un anesthésiant…

Mais c’est aussi …

Les causes de l’intoxication au GHB/GBL sont multiples, la première étant due au dosage difficilement précis.
Le GBL étant plus acide (c’est un décapant n’oublie pas !) que le GHB, il faut le diluer 2 fois plus que ce dernier.
Les effets varient d’une personne à une autre pouvant causer selon les cas des nausées, des vomissements, une hypothermie, des spasmes musculaires, des difficultés respiratoires et des évanouissements.

Le GHB/GBL provoque presque systématiquement des pertes de mémoire lorsqu’il est consommé en surdose ou avec de l’alcool non seulement pendant mais parfois aussi après la consommation.
La consommation de GHB/GBL peut entraîner une dépression respiratoire, elle-même pouvant être responsable d’un coma voire de la mort, et des crises d’épilepsie (particulièrement chez ceux qui en ont déjà fait).
Le GHB/GBL est donc fortement déconseillé si tu as des problèmes cardiaques, respiratoires ou des antécédents épileptiques.

Le GHB/GBL ne doit pas être mélangé avec les produits sédatifs : alcool, opiacés, tranquillisants.

Il y a une incompatibilité totale entre le GHB/GBL et l’alcool. Même si tu as bu une bière quelques temps auparavant, cela suffit pour avoir une intoxication. La plupart des comas signalés font état d’un mélange d’alcool et de GHB/GBL.
Attention, l’alcool désinhibe et peut favoriser les expérimentations de nouveaux produits. Sur le GHB/GBL, nous te conseillons particulièrement de ne pas essayer d’en consommer si tu as bu.

Le GHB/GBL peut provoquer une somnolence et une incoordination motrice, il est donc dangereux de conduire sous l’effet de ce produit.

Le GHB/GBL agit comme un aphrodisiaque et ses effets sont plus sensibles chez les femmes. Il est possible que tu aies une relation sexuelle avec une personne pour laquelle, sans l’effet du produit, tu n’aurais jamais eu d’attirance. Pense aux capotes !

Une consommation régulière de GHB/GBL (plus d’une fois par semaine) peut provoquer des troubles du sommeil, de l’angoisse et des tremblements.
Des cas de dépendance physique et/ou psychique chez des consommateurs réguliers ont été rapportés. Cependant, le GHB/GBL ne crée pas d’accoutumance, donc il n’est pas nécessaire d’augmenter les doses pour ressentir les mêmes effets.

Des analyses de GBL semblent avoir confirmé que certains échantillons contenaient des traces non négligeables de métaux lourds (plomb…) qui peuvent s’accumuler dans le corps sur de longues périodes et poser de graves problèmes à long terme. Pour l’instant on sait assez peu de choses là dessus (nous travaillons activement sur la question) mais renseigne-toi au maximum avant d’acheter et méfie-toi de l’appellation « BASF grade ».
BASF@ est un fabriquant allemand réputé pour faire un GBL de bonne qualité, ce n’est en aucun cas un label avec des contrôles etc..

Idée reçue sur le GHB/GBL
Depuis la fin des années 90, les médias ou les pouvoirs publics ont pour habitude d’appeler le GHB/GBL, la « drogue du viol ». S’il est vrai que la combinaison des effets aphrodisiaque et amnésique de ce produit font fantasmer certains, faire prendre du GHB/GBL à quelqu’un à son insu s’avère avant tout très dangereux à cause de l’incompatibilité avec l’alcool. Le pervers qui ferait cela aurait plus de chance de se retrouver avec sa victime à l’hôpital que dans son lit ! D’autre part, cette image médiatique très forte est dangereuse pour 2 raisons :

  • Elle crée un climat de méfiance voire de paranoïa entre les gens, notamment en club où la drogue est plus présente.
  • Elle désigne un bouc-émissaire chimique bien pratique pour tous les autres produits. En effet il ne faut pas oublier que le GHB/GBL n’est pas le seul produit à favoriser la sensualité et la libido. L’ecstasy n’a-t-il pas été appelé plus positivement « pilule de l’amour » pour des raisons similaires. Quant à l’alcool, il est en cause dans 40 à 50% des viols commis contre 0,05% pour le GHB/GBL (chiffre de la police).

En conclusion, n’oublie pas que la majorité des consommateurs de GHB/GBL en prennent de leur propre initiative. Comme pour tous les autres produits, si tu prends du GHB/GBL, entoure-toi de personnes de confiance pour réduire les risques de mauvaises rencontres.

Diffusion du GHB/GBL
Entre 2006 et 2008, le nombre de G-holes a fortement augmenté dans les soirées gay et gay friendly, conduisant à l’annulation de certaines soirées et à une mobilisation de la communauté gay. Le nombre d’accidents a ensuite fortement baissé mais depuis les années 2010, la consommation de GHB/GBL se diffuse chez des hétéros qui connaissent mal ce produit et notamment le fait qu’il ne faut pas le mélanger avec de l’alcool, ce qui entraîne à nouveau une augmentation des accidents.

6 conseils pour réduire les risques

  1. Renseigne-toi du mieux possible sur la qualité et l’effet du produit.
  2. Si tu as décidé de prendre du GHB/GBL, fais-le avec des gens de confiance, dans un contexte rassurant.
  3. Sois prudent sur le dosage, si ce n’est pas toi qui le fait, sois présent au moment de la préparation. En cas de doute prends-en peu et attends les effets.
  4. Ne prends jamais d’alcool, d’opiacés ou de tranquillisants avec du GHB/GBL. Si tu as bu un peu d’alcool auparavant, même une bière, le mélange peut être dangereux.
  5. Évite de prendre le volant, l’usage du GHB/GBL est totalement incompatible avec la conduite automobile (somnolence et non-coordination des mouvements).
  6. Le GHB est un stimulant sexuel, n’oublie pas le gel et les préservatifs.

 

Plus que pour tout autre produit, Techno + met en garde sur les réels risques dus à l’incompatibilité entre l’alcool et le GHB ou la GBL.

En cas de surdose, malaise, douleur ou gêne inhabituelle

Préviens les secours (18 ou 112). Il n’y a aucune honte. Les secouristes sont tenus à la confidentialité, et tant que tu ne dis pas avoir aidé la personne à consommer ou lui avoir vendu le produit, tu ne risques rien.
Au contraire, si tu ne fais rien pour elle, en plus de le regretter longtemps, tu peux être poursuivi pour non assistance à personne en danger !

En cas de nausée :
Ne pas rester seul, s’aérer, se ré-hydrater, respirer profondément, se reposer. Ne pas s’empêcher de vomir. Ne pas continuer à boire. Se coucher sur le côté.

En cas de perte de conscience (malaise vagal) :
Si la personne respire, allonge-la sur le côté, le visage orienté de façon à ce qu’en cas de régurgitation, elle ne risque pas de s’étouffer (c’est une cause non négligeable de décès) et la bouche ouverte. Défais tout ce qui peut gêner la respiration (col, ceinture…) puis dans tous les cas alerte ou fais prévenir les secours (112). En attendant, appelle la personne par son prénom en lui demandant d’ouvrir les yeux, de serrer ta main. Prévois un truc sucré et reporte-toi aux infos juste au-dessus si la personne reprend conscience. Reste présent quand les secours arrivent pour leur dire ce qui s’est passé et notamment ce que la personne a pris.

Coordonnées utiles

  • Urgences – Secours : 112
  • Drogues Alcool Tabac Info Service :
  • Sida Info Service : 0 800 840 800
  • Hépatites Info Services : 0 800 845 800
L’’information objective, sur les risques liés aux pratiques festives et les moyens de réduire ces risques, permet à chacun d’’adopter une attitude responsable dans ses choix de vie, qu’il s’agisse de consommation de drogues légales ou pas, de risques auditifs, de sécurité routière, de jonglage enflammé, de piercing, de sexualité, d’usage-revente…
by-nc-nd-300x104Ce document est édité par Techno+ sous la licence Creative Commons by-nc-nd. Il peut être reproduit pour toute action non commerciale à condition de citer l’’auteur et de ne pas changer les termes de la présente licence.