Circulaire sur les Free Parties : l’État recycle ses promesses !

L’instruction interministérielle sur les free parties du 25 mars 2015 sent trop le réchauffé pour qu’on puisse croire à une baisse significative de la discrimination et de la répression dont sont victimes les amateurs de techno. C’est pourtant l’objectif à l’origine de la participation de Techno+ à ce combat.

L’État veut instaurer pour la 4ème fois depuis 2003 un réseau de médiateurs départementaux en charge d’accompagner les organisateurs de free parties. Pourquoi cet entêtement ? Certes, comme le rappelle la circulaire, il s’agit d’un des 12 axes de travail proposé par l’État. Or ce n’est pas une revendication du mouvement. Aucune manifestation, réunion ou communiqué émanant du mouvement ces 2 dernières années n’a revendiqué un tel besoin.

En 2005, sous le gouvernement Villepin, la même initiative de désignation de médiateurs au sein du corps préfectoral, dirigé alors par Sarkozy, avait mis plusieurs mois. Comment croire que des préfectures, qui ont déjà ignoré l’an passé la précédente instruction  sur les free parties au point qu’elle figure à nouveau en annexe de celle-ci, vont en 10 jours créer un tel réseau ?

Sur les 12 axes de travail initialement retenus par l’État, seuls 4 correspondent à des revendications du mouvement :

  • Restitution des sons saisis (Refusé)
  • Augmentation du seuil de déclaration des rassemblement festifs (Travail commencé mais volonté politique encore invisible)
  • Diminution des sanctions complémentaires prévues dans la loi (Axe non abordé)
  • Facilitation des interventions des associations de prévention et de réduction des risques (Axe non abordé)

Il n’y a donc aucune raison de se réjouir, ni victoire à célébrer du fait que l’État mette en œuvre une proposition qu’il a lui-même décidé.

Après 18 mois de mobilisation intense de plusieurs milliers d’amateurs de techno contre la répression, à savoir 2 pétitions majeures, 3 opérations escargots, 4 manifestives, 8 teknivals revendicatifs et dernièrement une manifestation nationale dans 41 villes, nous ne pouvons nous contenter encore et toujours des mêmes promesses que cette fois-ci ça sera différent !

Notre mobilisation doit continuer et grossir : rencontrez-vous, mobilisez-vous, montez des actions festives, revendicatrices, symboliques… Les moyens de pression sont nombreux et ne doivent pas être sous-estimés !

Techno+ sera le 11 avril 2015 à la réunion des sound system et collectifs. Venez nombreux et motivés pour trouver ensemble le bon levier qui obligera l’État à mettre en œuvre nos propositions et pas seulement les siennes.

Enregistrer

1 réflexion au sujet de “Circulaire sur les Free Parties : l’État recycle ses promesses !

Laisser un commentaire