Cocaïne: Colombie et Pérou en appellent aux consommateurs européens

La consommation d’1 gramme de cocaïne équivaut à la destruction de 4 m2 de forêt tropicale…

Source : AFP
Date : 22-09-2008

 

La Colombie et le Pérou veulent sensibiliser les Européens sur les effets dévastateurs de la culture de la coca sur l’environnement afin d’en finir avec l’image d’une "cocaïne-champagne", ont déclaré lundi des responsables de ces deux pays latino-américains en visite à Lisbonne.

Chaque année, 300.000 hectares de forêt tropicale sont détruits en Colombie du fait de la culture de coca", a affirmé le vice-président colombien, Francisco Santos Calderon à l’agence Lusa, en inaugurant une exposition sur les conséquences sur l’environnement de la production de coca. "La consommation d’un gramme de cocaïne équivaut à la destruction de 4 m2 de forêt tropicale", a ajouté M.Calderon, à la tête d’une délégation de responsables colombiens et péruviens, en visite pour deux jours dans la capitale portugaise. "L’Europe connaît une augmentation très forte de la consommation de cocaïne et cela a un impact gigantesque sur notre pays. Ce que nous voulons, c’est sensibiliser les Européens aux dégâts produits sur l’environnement", a encore dit le vice-président de la Colombie qui, avec le Pérou, veut montrer "une nouvelle facette de la cocaïne, qui est considérée par le consommateur comme une drogue +champagne+ qui ne fait pas de dégâts". Pour Romulo Pizarro, président de la Commission péruvienne pour le développement et la vie sans drogues, "il faut comprendre que celui qui consomme fait partie de la chaîne du narcotrafic qui crée et entretient la violence et la corruption dans d’autres pays". Durant leur séjour à Lisbonne, MM. Calderon et Pizarro devaient être reçus par plusieurs membres du gouvernement portugais, dont le Premier ministre José Socrates. Lundi, ils se sont entretenus avec le directeur de l’Observatoire européen des drogues, basé à Lisbonne, Wolfgang Götz. Le Portugal est considéré, avec l’Espagne, comme la principale porte d’entrée en Europe de la cocaïne sud-américaine.

Laisser un commentaire