Drogues au volant: des examens du permis de conduire sous contrôle policier

Test d’alcoolémie et de stupéfiant pour les examens du permis de conduire dans le Morbihan…

Source : http://www.francesoir.fr/societe/2008/02/13/
Date : 13/02/2008

 

Les examens du permis de conduire dans le Morbihan se déroulent depuis lundi en présence de policiers ou de gendarmes pour éviter que les candidats ne soient sous l’emprise de stupéfiants, a indiqué lundi la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).
Cette présence des forces de l’ordre lors d’un tel examen est "une première en France", selon la DDSP et la préfecture. Elle a été motivée par une demande des examinateurs, inquiets devant la recrudescence du nombre de candidats se présentant à l’examen sous l’emprise de l’alcool et/ou du cannabis, toujours selon la DDSP.
"C’est un phénomène récurrent et grandissant. Nous n’avons aucun moyen de dépistage, mais on sent parfois l’odeur" d’alcool ou de cannabis lors de l’examen, a témoigné lundi un examinateur du permis de conduire à Vannes. Selon les inspecteurs, des personnes alcooliques ayant perdu leur permis pour conduite en état d’ivresse reviennent parfois à l’examen sans même être guéries. Les policiers ou gendarmes ne contrôlent pas systématiquement chaque candidat, a constaté à Vannes un correspondant de l’AFP. Mais si un cas "suspect" est détecté par les examinateurs, un simple signe suffit pour que les motards prennent en chasse la voiture afin de contrôler le candidat.
Si les tests d’alcoolémie ou de stupéfiants s’avèrent positifs, le conducteur risque une amende élevée et une interdiction de passer le permis pendant cinq ans.

Le nombre de candidats se présentant
à l’examen du permis de conduire sous l’empire de la drogue ou de
l’alcool s’est multiplié. Pour y faire face, tous les examens se
déroulant dans le Morbihan en février seront placés sous le contrôle de
la police.

Lundi, une
première opération s’est déroulée à Vannes. Comme si le stress de
l’examen du permis ne suffisait pas, une angoisse supplémentaire : la
présence de deux motards de la police nationale. Leur arrivée sur le
parking sème le trouble chez les candidats. Et apparemment, les
nouveaux conducteurs semblent troublés et s’y reprennent à plusieurs
fois avant de réaliser leurs premières man?uvres. Les seuls à cacher
leur étonnement sont les examinateurs. En effet, ce sont eux qui ont
réclamé la présence de la police lors de l’examen, auprès de la
préfecture. Aucun comportement suspect n’ayant été détecté par les
examinateurs, aucun contrôle n’a été effectué.

« Il faut développer les actions »

Les
examinateurs déplorent ce phénomène de plus en plus fréquent.
« Malheureusement, ça n’apporte pas grand-chose dans la mesure où on
sait bien qu’on n’aura pas un policier présent à chaque fois qu’on fera
passer le permis. Il faut développer les actions », explique Patrice
Grenier de l’auto-école Saint Patern à Vannes, joint par FranceSoir.
« La vue devrait être contrôlée et le permis réactualisé tous les cinq
ans », poursuit-il. « Il faudrait créer une police de la route avec des
gens spécialisés. » Si les moniteurs peuvent interdire à un apprenti de
prendre le volant, de leur côté, les inspecteurs n’en ont pas le droit.
« On en discute entre nous. Il faut qu’on mette nos efforts en commun,
qu’on aille tous dans le même sens. Les forces de l’ordre et les
auto-écoles. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.