GB : le gouvernement classe à nouveau le cannabis parmi les drogues

La "skunk", par sa puissance, pourrait causer le reclassement du cannabis parmi les drogues en Grande-Bretagne…

Source : AFP
Date : 07/05/2008

Le gouvernement britannique a annoncé mercredi son intention de reclasser le cannabis parmi les drogues douces, revenant sur une décision de 2004 de le rétrograder au rang de simple tranquillisant et en dépit de l’avis contraire d’un groupe d’experts. La ministre de l’Intérieur Jacqui Smith espère que cette loi prévoyant le reclassement du cannabis en catégorie B sera adoptée par le parlement d’ici la fin de l’année. La loi britannique classe les drogues en trois catégories:

  • A les drogues dures comme la cocaïne ou l’héroïne,
  • B les drogues douces comme les amphétamines,
  • C, qui regroupe notamment les stéroïdes, les tranquillisants ou les antibiotiques.

Mme Smith a pris cette décision malgré les recommandations contraires d’un groupe d’experts, qui avait estimé que les dangers du cannabis ne justifiaient pas ce reclassement. Elle a justifié ce choix par la généralisation inquiétante depuis 2004 du "skunk", une variété de cannabis reconnaissable à sa forte odeur et à la forte capacité psychotrope, et qui représente désormais 80% des quantités de cannabis saisies dans les rues contre 15% quatre ans plus tôt. "Il y a des arguments incontestables pour que nous agissions maintenant plutôt que risquer la santé future de nos jeunes", a déclaré Mme Smith devant le parlement. "Je ne suis pas prête à attendre sans rien faire." Dans son rapport, le groupe d’experts avait estimé qu’il y avait un "lien de causalité probable, mais faible, entre les maladies psychotiques, comme la schizophrénie, et l’usage de cannabis". La peine maximale pour possession d’une drogue de classe B est de cinq ans de prison. Elle est de deux ans pour la catégorie C. L’été dernier, Mme Smith avait reconnu dans une interview à la chaîne GMTV avoir fumé du cannabis quand elle était étudiante et s’en était excusée. "J’ai eu tort de fumer (…) Je partage l’inquiétude des gens sur les effets du cannabis sur les jeunes et sur les problèmes de santé mentale", avait-elle dit.

Laisser un commentaire