La Météo des Prods – Bulletin été 2012

la meteo des prods logo

Festivals, Tekos, Rave, clubs, teufs… cet été pour bien profiter de vos soirées restez informés.
Alertes – Analyses – Nouveaux produits
En France et en Europe

PicturePicture

Cette publication combine celles produites par le groupe de travail TEDI du Nightlife, Empowerment & Well-being Implementation Project financé par le programme Santé de la Commission Européenne, les rapports de l’Observatoire Européen des Drogues et Toxicomanies (OEDT) et le dernier bulletin de veille SINTES de l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT).

Les associations de réductions des risques liés aux pratiques festives participant au groupe de travail TEDI recommandent aux intervenants et aux fêtards de prendre connaissance des informations suivantes :

Des TAZ fortement dosés en MDMA

Alors que la quantité de MDMA présente dans les comprimés d’ecstasy diminuait de façon continue depuis 2002, nous observons depuis 2011 une remontée de la concentration de MDMA dans les comprimés en circulation. La moyenne de 2012 était de 100 mg de MDMA par comprimé. Et 8% d’entre eux contenait plus de 150 mg de MDMA.

Toutefois le taux de concentration en MDMA dans un comprimé est très variable. Les comprimés analysés en 2012 comprenaient entre 10 mg et 170mg de MDMA. Les risques de surdoses sont donc importants.

TEDI recommande donc de faire analyser les produits que vous voulez consommer chaque fois qu’il est possible de le faire.
Si vous ne le pouvez pas, et que vous n’avez aucune indication sur la puissance d’un produit, prenez-en d’abord une moitié voire un quart et attendez les effets avant d’en reprendre.

 

Pour plus d’informations sur les effets, les risques et les conseils consultez la page TAZ/MDMA.

Les comprimés suivants présentent les taux les plus élevés en MDMA analysés ces derniers mois :

NOM LOVEPicture MTV Picture Louis Vuitton LV Picture No name / No logoPicture
Poids 276.8 mg 252.8 mg 318.1 mg 311.9 mg
Diamètre 8.1 x 8.3 mm 8.1 mm 8.4 mm 9.1 mm
Epaisseur 5.3 mm 5.2 mm 5.2 mm 3.9 mm
Sécable Non Oui + symbol ® Oui Oui
remarques
Couleur Rose Rose Rouge Blanc
Teneur en MDMA 134.6 mg 133.2 mg 133.9 mg 131.2 mg
Date d’analyse Zurich,juin 2012 Zurich, juin 2012 Zurich, juin 2012 Zurich, juin 2012
NOM Apple Picture Audi Picture Apple Picture Lacoste Picture
Poids 240.4 mg 302.4 mg 268.1 mg 297.5 mg
Diamètre 8.1 mm 8.3 mm 8.1 mm 8.1 mm
Epaisseur 4.4 mm 4.7 mm 4.8 mm 4.7 mm
Sécable Non Oui Non Oui
remarques Dos creux
Couleur Beige Bleu ciel Bleu clair Turquoise
Teneur en MDMA 167.1mg 133.9mg 120.7mg 167.6mg
Date d’analyse Zurich, avril 2012 Zurich, avril 2012 Zurich, mai 2012 Zurich, mai 2012
NOM Defqon Picture Croix Picture No logo / No namePicture Mercedes Picture
Poids 346 mg
Diamètre 8 mm 8.19 mm 9.4 mm
Epaisseur 4.8 mm 4.1 mm 4.3 mm
Sécable Oui Oui Non Oui
remarques
Couleur Orange fondé Blanc Rouge Rose clair
Teneur en MDMA 164mg 140 mg 122 mg 149mg
Date d’analyse Vienne, juin 2012 Vienne, juin 2012 Vienne, juin 2012 Madrid, avril 2012
NOM SPicture Etoile Picture Etoile Picture Nike Picture
Poids 217 mg 346 mg 345 mg 366 mg
Diamètre 6.7mm 10.2 mm 10.1 mm 8 mm
Epaisseur 5.7mm 3.5 mm 3.6 mm 5.9 mm
Sécable Non Oui Oui Oui
remarques
Couleur Rose foncé Violet Orange Bleu clair
Teneur en MDMA 164mg 171 mg 158 mg 159mg
Date d’analyse Barcelone, avril 2012 Álava, avril 2012 Álava, avril 2012 Barcelone, juin 2012

Comprimés contenant à la fois du MDMA et du PMMA

PictureEn Suisse des comprimés ont été analysés contenant à la fois du MDMA et du PMMA. Ce mélange peut provoquer unsyndrome sérotoninergique. Il s’agit d’une overdose de sérotonine dans le cerveaux. Cette substance est libérée sous l’effet de nombreuses molécules dont les antidépresseurs et le MDMA.

Suite à une consommation d’ecstasy, en cas de désorientation, rigidité musculaire, tremblements, fièvre, confusion, pupilles dilatées, spasmes musculaires, il peut s’agir d’un syndrome sérotoninergique. Appelez immédiatement les secours et indiquez ce que la personne a pris.

Cocaïne coupée

La qualité générale de la cocaïne en circulation diminue régulièrement. La teneur en cocaïne diminue au profit des produits de coupes. En 2012 seul 5% de la cocaïne analysée était pure. Voici 2 produits de coupe particulièrement dangereux ayant posés des problèmes sanitaires aux consommateurs de cocaïne.

Le Levamisolereste l’un des produit de coupe les plus courant. A forte dose il attaque les globules blanc de l’organisme le rendant vulnérable à toute sorte d’infection.

Comme les effets négatifs du lévamisole dépendent fortement de la dose, TEDI recommande de ne pas consommer de grande quantité de cocaïne d’un coup et d’espacer les épisodes de consommation de plusieurs semaines.

 

La Phenacetine, elle aussi fréquemment utilisée comme produit de coupe, entraîne également des risques sanitaires au niveau des reins. De plus en association avec l’alcool elle endommage sérieusement le foi.

TEDI recommande aux consommateurs de cocaïne d’éviter ou de limiter leur consommation d’alcool.

 

Research Chemicals (RC) ou « drogues légales” contenus dans l’ecstasy, le speed et la kétamine

Les drogues récréatives les plus fréquentes demeurent l’alcool, le cannabis, les amphétamines, la cocaïne, le MDMA, le LSD and la kétamine. Cependant des produits au statut légal flou sont vendus sur internet sous diverses formes (poudre, pilule, gélule, etc.). Le principal risque de ces substances est l’absence de données concernant leur effets à moyen et long terme. Les RC les plus courant sont laméthoxetamine, la méthylone, laméphedrone, la methylendioxyprovalerone (MDPV) et la famille des hallucinogènes de synthèses de type2CB/I/D etc.

Une grande partie de ces « drogues légales » sont contenues dans des substances variées telles que les sels de bains, des engrais ou de l’encens. Or la grande majorité de ces produits ne mentionne pas la composition exacte de leur contenu. Ceci empêche les consommateurs d’élaborer leur stratégie de consommation et favorise les accidents.

La consommation de ce type de drogues n’est pas nouveau. Ce qui est nouveau est d’en retrouver comme produit de coupe de substances classique comme le MDMA, la cocaïne, le speed ou la kétamine. Le 1er rapport TEDI des tendances présentait une liste des principales substances rencontrées avec la MDMA : RC tel que le 4-MEC et la méthylone, représentent 34% des produits de coupe.

TEDI a détecté une autre substance, la 4-methylamphetamine (4-MA) dans quelques échantillons de speed. Il existe très peu d’information sur la 4-MA. Mais l’an dernier il y a eu plusieurs décès au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Belgique de personnes ayant pris de la 4-MA. Cependant nous n’avons aucune information sur les dosages de ce produit pouvant conduire à de tels accidents.

Quant à la méthoxetamine, elle a été vendue pour de la kétamine dans plusieurs pays (Espagne, France, Angleterre…). Bien que les effets soit effectivement proche de ceux de la kétamine, les consommateurs ont presque systématiquement rapporté que ce produits est beaucoup moins agréable et plus dur à gérer: effet psychédélique plus puissant, crise de parano plus fréquente, la durée des effets est aussi plus longue. Il y aurait eu aussi un cas d’overdose de méthoxetamine en Espagne.

Pour toutes ces raisons TEDI recommande de toujours essayer d’abord de petite quantité de produit pour voir les effets et de ne pas continuer à prendre ceux dont les effets seraient trop différents des produits habituels car il peut alors s’agir d’un autre molécule que celle qui a été annoncée par le fournisseur.

 

Bulletin France

PictureCe bulletin reprend les faits marquants effectués le réseau SINTES entre novembre 2011 et avril 2012.

Analyses

Ce chapitre ne se veut pas un inventaire exhaustif des dernières collectes du dispositif SINTES Veille, il reprend uniquement les faits marquants.

De novembre 2011 à fin avril 2012, 51 échantillons ont été collectés et analysés :

  • 27 produits de synthèse (MDMA, amphétamine, LSD, etc..) dont 10 Research Chemicals (RC) ou designer drugs ou smart drugs
  • 10 échantillons d’héroïne
  • 6 échantillons de cocaïne
  • Reste : cannabis, kétamine, GHB.

Nouvelles substances identifiées en France entre novembre 2011 et avril 2012 :

Bulletin 2/11

(jan-mai 2011)

Bulletin 3/11

(juil-oct 2011)

Bulletin 1/12

(nov 2011-avril 2012)

Stimulants de synthèse DMMA 4-ACO-DMT 4 MEO PCP
PVP 4-ACO-MIPT AMT
D2PM DIPT
Pentédrone Méthoxetamine (MXE)
Diméthocaïne
Méthiopropamine (MPE)
Agonistes

cannabinoïdes

METHANANDAMIDE
HU-331
AM-2201 UR -144
Autres ETIZOLAM
ETHYLPHENIDATE
CAMPHETAMINE

Cas intéressants répertoriés

CAMPHETAMINE vendue pour de la MDMA

Nom scientifique : N-methyl-3-phenylbicyclo[2.2.1]heptan-2-amine

Le produit consommé était présenté comme de la poudre de MDMA. La personne s’est présentée à l’hôpital suite à de violents maux de tête après après sniffé une ligne du produit.

La camphétamine est un analogue de la fécamphétamine, un stimulant du système nerveux central (SNC) commercialisé par le laboratoire Merck dans les années 60 sous le nom Réactivan® pour le traitement de la fatigue, du manque de concentration et de la léthargie.

La camphétamine est apparue récemment sur les sites de vente en ligne de RC.

4 MEO PCP

Nom scientifique : 4-Methoxy-Phencyclidine

La 4-MeO PCP est un dissociatif dérivé de la PCP, laquelle est classée comme stupéfiant. Par analogie, elle est considérée comme ayant une activité similaire à la PCP ainsi qu’à la kétamine.

Elle a été identifiée dans 2 autres pays en Europe, en Finlande (1ère identification début 2011) puis en Norvège, fin 2011.

AMT

Autre nom : alpha-methyltryptamine

L’AMT est un stimulant à action lente de la famille des tryptamines (famille de stimulants hallucinogènes) initialement développée dans les années 60 dans la recherche sur les antidépresseurs.

Qu’elle soit ingérée ou sniffée, les effets secondaires les plus connus sont les vomissements. Elle est classée dans quelques pays d’Europe dont l’Espagne et l’Allemagne ainsi qu’aux Etats-Unis.

MEPHEDRONE PRESENTEE COMME METHAMPHETAMINE

LIDOCAÏNE PRESENTEE COMME METHAMPHETAMINE

ETIZOLAM

Un comprimé de couleur bleue a été collecté sous l’appellation Etizolam dans l’est de la France fin 2011.L’etizolam est une molécule analogue aux benzodiazépines (tranquilisants) non commercialisée en France.

ETHYLPHENIDATE

Nom scientifique : Ethyl 2-phenyl-2-(piperidin-2-yl)acetate Autre nom : « fake cocaïne »

L’éthylphénidate appartient à la classe chimique des pipéridines. C’est le métabolite du méthylphénidate (Ritaline®) après transformation hépatique combinée à l’alcool. L’éthylphénidate est un stimulant du système nerveux central.

Il avait été identifié pour la première fois en Angleterre deux mois auparavant, en novembre 2011 puis en Suède et en Norvège en avril 2012.

ETHYLAMPHETAMINE PRESENTE COMME MEPHEDRONE

MCPP PRESENTEE COMME ECSTASY

HU­331 (cannabis de synthèse)

Le HU-331 est un constituant a priori non psychoactif du cannabis. Le HU-331 fait actuellement l’objet derecherches expérimentales en laboratoire en tant que médicament anticancer.

Les propriétés psychoactives n’ont pas été étudiées et son historique de consommation est trop récent pour avoir des détails sur ses effets notamment sa toxicité.

HEROINE 98 %

De l’héroïne blanche exceptionnellement forte, pure à 98% a été analysée dans le sud-ouest de la France. L’héroïne blanche est pure à 7% en moyenne, le reste étant des produits de coupe plus ou moins actifs. Le risque d’overdose mortelle est très important si un consommateur en prend la quantité habituelle.

2C­P

Nom scientifique : 2,5 diméthoxy- 4- propylphénéthylamine

PicturePicture

Le 2C-P n’est actuellement pas classé. Il a été analysé dans le sud-est de la France début 2012 sous forme liquide dans une fiole et de sucres imbibé de couleur bleue. Ses effets s’apparentent à ceux de ses homologues 2C (hallucinogènes de synthèse).

UR­144 (cannabis de synthèse)

Nom scientifique : (1-Pentylindol-3-yl)-(2,2,3,3-tetramethylcyclopropyl)methanone) Autres nom : KM X-1

PicturePicturePicturePicture

Noms de marque : « Fire Ice », « Pulse », « Buzz » et « Tribe »

Sous forme de poudre blanche, le produit était conditionné lors de la première saisie dans quatre types différents de sachets aluminisés avec les noms de marques suivants « Fire Ice », « Pulse », « Buzz » et « Tribe » portant tous la mention «saison 2». En 2009, ces même types de sachets portant les même noms mais sans la mention « saison 2 » avaient été saisis. L’analyse avait alors identifié du JWH-018, un autre agoniste du cannabis inscrit sur la liste des stupéfiants.

Le UR 144 est a priori un anti-douleur. Ses effets psychotropes ne sont pas connu.

Ce produit a été identifié également en Finlande et en Pologne.

En Europe (réseau EWS)

L’Early Warning System (EWS), réseau regroupant les 27 pays de l’Union Européenne (UE) et piloté par l’OEDT, a identifié en moyenne une nouvelle molécule par semaine. En voici quelque une.

– Le phénazépam et étizolam, deux benzodiazépines commercialisées dans certains pays. Le phénazépam est déjà classé stupéfiant en Finlande et en Norvège. Son classement est recommandé par l’ACMD (Advisory Council on the Misuse of Drugs) en Angleterre.

– L’éthylphenidate, un dérivé et un métabolite du méthylphénidate (Ritaline®). C’est un stimulant du SNC utilisé dans le traitement de déficit de l’attention avec hyperactivité;

– La camfetamine, un dérivé de fécamphétamine (Reactivan®) utilisé pour les états de fatigue et de dépression, le, manque de concentration et la léthargie

– Le 5-hydroxytryptophane (oxitriptan), un précurseur chimique ainsi qu’un métabolite dans la biosynthèse de la sérotonine et la mélatonine à partir du tryptophane

– Le 3-amino-1-phényl-butane, un métabolite et un précurseur de Labétalol®, un antagoniste adrénergique utilisé pour traiter l’hypertension artérielle et l’angine de poitrine

– L’ostarine, un modulateur des récepteurs aux androgènes, en cours de développement pour la prévention et le traitement de l’atrophie musculaire chez les patients atteints d’un cancer du poumon.

Le nombre de boutiques en ligne proposant au moins une substance ou un produit psychoactif est passé de 314 en janvier 2011 à 690 en janvier 2012.

ALERTES, SIGNALEMENTS

GRANDE­BRETAGNE : 2 DECES LIES A L’AMT

Cette information a été publiée par le ROAR Forensics (un des principaux laboratoires de toxicologie légale en Angleterre) après avoir identifié l’AMT dans deux échantillons post mortem.

Pour l’un des deux cas, c’est plutôt la prise concomitante de plusieurs autres produits qui est responsable du décès (MDMA, fluoromethcathinone, alpha-méthyltryptamine, méthylone, MDPV, MDAI, méthoxetamine et 5-IAI).

INTOXICATION MDMA EN IRLANDE

En décembre 2011, le Irish Health Service Executive a publié une alerte à la suite de 4 intoxications dont une mortelle après consommation de comprimés présentés comme ecstasy. Les symptômes signalés étaient trismus6, bruxisme7, crampes d’estomac intenses et hallucinations. Une analyse d’urine a été pratiquée chez l’une d’entre elles. Outre la MDMA, étaient également présents : benzodiazépines (non précisé), alcool, MDEA et MDA (qui sont 2 amphétaminiques dérivés de la MDMA) et lidocaïne. Il n’est pas exclu qu’il y ait également un nouveau produit non identifié.

Parallèlement en Grande-Bretagne deux personnes étaient décédées le week-end précédent après avoir pris aussi de l’ecstasy (analyses non communiqués et lien inconnu avec les cas précédents).

Le point commun entre ces 6 personnes est qu’elles disent avoir pris de l’ecstasy.

SISA, GRECE, FEVRIER 2012

Un produit circulant sous le nom de SISA a été signalé par des usagers grecs à Athènes et serait responsable d’effets secondaires sérieux. Si cette appellation existe, aucun élément d’information ne permet de l’attribuer à une substance particulière ni à un usage particulièrement développé et encore moins d’être responsable d’un accroissement des décès par overdose dans le pays. Il ne s’agit donc que de bruits circulant parmi certains usagers qui ne sont pas fondés et n’ont pas l’ampleur de ce qui a pu être relayé par certain médias.

Une seule analyse réalisée en Crête, sur un échantillon portant cette appellation a démontré l’existence de méthamphétamine dans celui-ci.

6 Le trismus est la contraction constante et involontaire des muscles des mâchoires

7 Le bruxisme est le grincement des dents

Bulletin légal

CLASSEMENT DE LA PHENTERMINE COMME STUPEFIANT

Décision fixé par l’arrêté du 14 février 2012 modifiant les arrêtés du 22 février 1990 fixant la liste des substances classées comme stupéfiants et la liste des substances psychotropes.

http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf.do?cidTexte=JORFTEXT000025388545

« La phentermine est une phényléthylamine, dérivé de l’amphétamine, principalement utilisée comme médicament pour réduire l’appétit. Elle est prescrite aux personnes présentant des risques accrus de complications médicales dues à leur poids en opposition à la perte de poids pour raisons esthétiques. » Extrait wikipédia.

ETATS­UNIS: INSUFFISANCE RENALE ET cannabis de synthèse

Trois jeunes personnes ont été hospitalisées pour insuffisance rénale aigue et une douzaine ont eu des « problèmes de santé » dans le Wyoming. Toutes ces personnes avaient consommé juste avant un mélange d’herbe à fumer portant l’appellation « Blueberry spice ». Aux Etats-Unis, 5 cannabinoïdes (JWH-018, JWH-073, JWH-200, CP-47-497 et le cannabicyclohexanol) sont classés sur la liste I de la DEA. Ils sont à ce titre considérés comme ayant un fort potentiel d’abus et nulle autorisation ne peut être délivrée pour usage médical.

 

Laisser un commentaire